Nouvelles

Un chapelet d’îles obtient un lien anabaptiste

Juan Ferreira fait une annonce à Iglesia Evangelica Manatial de Vida, une église des Iles Canaries qu’il a commencée il y a environ 2 deux ans. Photo prise par Tim Huber, Mennonite World Review.
Date de diffusion : 
Jeudi 4 Juillet 2013

La Laguna, Iles Canaries – Les portes vertes du garage ne sont pas marquées et il n’y a aucune fenêtre. Les seuls indices qu’il existe une église de l’autre côté sont les sons dominicaux des prières charismatiques et des cantiques. 

Enfin, cela et les vies changées par les nombreux ministères qui ont lieu le reste de la semaine, faisant connaître l’existence d’une nouvelle sorte d’église dans les rues du voisinage.

Iglesia Evangelica Manantial de Vida (Eglise Evangélique Source de Vie) est la première église locale anabaptiste des îles Canaries, une chaine d’îles espagnoles au large de la côte sud du Maroc et qui compte plus de 2 millions d’habitants.

A l’extérieur, juste au coin de l’église, la ville de Santa Cruz s’étend sur une pente raide jusqu’à la côte de l’île de Ténériffe.  La Cuesta, le quartier pauvre de Laguna où se trouve l’église, est à coté d’un ravin profond qui abrite quelques cabanes entassées et des douzaines de chiens dont les aboiements résonnent des caves situées tout le long du canyon.

Dans le passé, le pasteur Juan Ferreira gérait  une entreprise de construction derrières ces grandes portes vertes. Pauvre en fonds mais riche en passion, l’église a commencé lorsque Ferreira et sa femme Lucy ont entendu l’appel de Dieu à construire un royaume céleste au lieu de structures terriennes. 

« Dieu m’a dit de fermer mon entreprise et ceci est le garage de cette compagnie »dit-il. « Nous avons débuté ici avec huit personnes et deux souris. »

Une scène avec une chaire et des instruments de musique ont remplacé son bureau. Huit rangées de bancs ont pris la place d’un camion. Le bâtiment appartient aux parents de Lucy.  

« Il y a deux ans, nous avons prié le Seigneur (lui demandant) si c’était l’endroit »dit Ferreira. « Mon beau-père et ma belle-mère détestaient l’évangile. Ils vivent à côté. La mère est décédée. Aujourd’hui, nous voyons que Dieu a un objectif pour cet endroit.”

L’église à continué de payer un loyer au père sur lequel il a vécu pendant que les Ferreiras et l’église se sont employés à montrer l’amour de Dieu.

« Dieu a un but ici» dit Ferreira. Le père «  a été baptisé il y a un mois. Le témoignage, la présence de Dieu, est ce qui a opéré le changement. »

La connexion de l’amitié

A travers son  travail avec l’association internationale des Gédéons , Ferreira est devenu ami avec Constain Carrillo, un confrère Gédéon de Miami qui a des dizaines d’années d’expérience en tant que pasteur avec le Frères en Christ.

« Etant mon ami et connaissant la légitimité de sa vocation, j’ai décidé de le présenter à mon évêque, Eduardo Llanes, qui, après un an passé à surveiller son ministère, a décidé de lui proposer de devenir membre de notre famille, » dit Carrillo, qui, au printemps dernier, a été assigné au poste de coordinateur régional de BIC World Missions (Missions Mondiales des FEC) pour les Caraïbes. «  Juan a accepté l’invitation avec enthousiasme lorsqu’il a appris qui nous étions et a adopté notre vision anabaptiste des Écritures saintes. »

Dès lors, Ferreira a mis ses propres ressources à l’œuvre.

« Ils n’avaient pas d’argent pour aider mais j’avais une entreprise de construction » dit-il. 

Manantial de Vida ainsi qu’une assemblée jumelée  qui a débuté six mois plus tard à Añaza, à environ 15 kilomètres  au Sud, font partie de la Conférence Régionale du Sud-est des BIC (Frères en Christ) des Etats-Unis. À la place d’un soutien financier pour débuter, la conférence a offert la prière. Ferreira a été ordonné et garde le contact avec un évêque du Sud-est. 

La BIC a ensuite salué la congrégation Anabautistas, Menonitas y Hermanos en Cristo – España (Anabaptistes, Mennonites et Frères en Christ – Espagne) a dit le secrétaire Dionisio Byler qui, avec sa femme Connie, travaillent pour Mennonite Mission Network.

La communauté fraternelle de 12 églises et de près de 500 membres baptisés est membre de la Conférence Mennonite Mondiale et a des connexions avec la MMN,  les BIC World Missions, Rosedale Mennonite Missions et Amor Viviente en Honduras.

Bruce et Merly Bundy, des missionnaires de la BIC basés à Madrid, ont visité l’église en début d’année dernière.

«  Nous autres avons fait la connaissance des Ferreiras en octobre 2012 à l’occasion de notre convention biennale » dit Byler. « En février, au cours de notre retraite et colloque annuels sur le leadership, l’église Manantial de Vida s’est jointe à nous. »

Une église d’un genre différent

Ténériffe compte 900 00 résidents sur ses 1263 kmet comme en Espagne continentale, la population y est majoritairement catholique. En revanche, Ferreira dit que son quartier a plus d’églises protestantes que toute autre partie de l’île.

« La plupart des gens de cette église sont espagnols et canariens, » dit-il. Dans les autres églises (protestantes), il y a seulement des gens venant d’autres pays. Ici, 90 pourcents sont espagnols. »

Les locaux, dont nombre d’entre eux sont au chômage, sont attirés par la façon que l’église locale d’environ 70 a d’exprimer l’amour de Dieu. Ferreira perçoit son rôle de pasteur moins comme celui d’un enseignant et plus comme celui d’un psychologue qui met l’accent sur l’écoute. 

«  Les gens voient que je suis plus proche. Je les comprends et je peux les aider, « dit-il. « Nous sommes ensemble. Le pasteur n’est pas là- haut (dans la chaire), loin. Je suis ici, en bas, avec eux. »

Et la nouvelle circule.

« Les gens viennent ici pour le témoignages des autres» dit-il. « Ils entendent ce qui s’est passé…Une femme est venue ici avec une canne ; son genou était blessé depuis neuf mois et nous avons prié pour elle. Le lendemain, elle est venue en marchant sans assistance. »

Les actions de Dieu sont complétées par les actions de l’Homme. L’église distribue la nourriture d’une banque alimentaire locale aux gens de l’église et à la communauté qui l’entoure. Les samedis, Ferreira va chercher les produits presque périmés pour aussi les distribuer.

Tout le monde peut venir prendre des leçons gratuites de musique offertes par les membres de l’équipe de louange. Lucy Ferreira, qui a aussi un rôle pastoral, donne des cours de lecture et d’écriture à des femmes de familles roumaines « tsiganes » dont beaucoup n’étaient pas autorisées à apprendre de tels concepts en grandissant. 

«  Je suis convaincu que la présence de Dieu est ce qui fait tout » dit Juan Ferreira. « Si la présence de Dieu n’est pas un endroit, les choses ne marcheront pas. » La raison pour laquelle l’église fonctionne ici, dans cet endroit, est la présence de Dieu. Les gens se font confiance. »

Article écrit par Tim Huber, Mennonite World Review, Distribué avec permission.

 

Geographic representation: 
Europe

Ajouter un commentaire