L’Église en ligne… pour de bon ?

« Nous traversons tous la même tempête, mais nous ne sommes pas tous dans le même bateau. Le contexte change tout. » 

Ces paroles, prononcées par un pasteur nord-américain, font état des différentes réponses à la pandémie de COVID-19. De nombreuses églises au Canada et aux États-Unis subissent encore des restrictions sanitaires pour les réunions en personnes, tandis que d’autres ont le feu vert pour se réunir de nouveau en toute sécurité. 

On reconnaît également, de façon générale, que les Nord-Américains ont reçu un pourcentage disproportionné de l’approvisionnement mondial en vaccins, ce qui laisse beaucoup de gens soulever la question de l’injustice liée à nos privilèges et à notre richesse et aux libertés qui en découlent. 

La communication en constante évolution

En mars 2020, le Canada et les États-Unis ont mis en place des procédures de confinement. Les rassemblements publics, y compris ceux à l’église, ont été interrompus. Les églises se sont empressées d’offrir les cultes en ligne. Les pasteurs travaillaient de la maison, plusieurs se démenant pour maîtriser des outils de communication en constante évolution. 

Les dirigeants des unions d’églises et leur personnel ont travaillé fort pour soutenir les églises locales en leur fournissant des ressources pour la vidéo et les médias sociaux. Les églises locales ont fait preuve de créativité en communiquant avec les gens par téléphone, par des réseaux en ligne et des échanges sur le perron d’église virtuel – tous des contacts respectant la distanciation sociale. Nous avons également été plus en relation avec la communion mondiale des églises grâce à des communiqués de presse plus fréquents et des communications en ligne.

« En général, nous dirigeons d’après notre expérience, mais aucun d’entre nous n’a déjà été dans cette situation, alors nous inventons au fur et à mesure », dit un pasteur. « Nous sommes devenus profondément dépendants de l’Esprit Saint pour savoir comment diriger et enseigner la communauté ecclésiale. »

Être présent en ligne, une nécessité

La présence en ligne est devenue plus qu’une commodité. Certains l’ont décrite comme une nécessité sociale et spirituelle pour établir des liens, en particulier pour ceux et celles qui sont isolés socialement, handicapés physiquement, diminués émotionnellement et appauvris financièrement. 

En plus d’apporter une forme de fraternité, les connexions électroniques s’attaquent au problème de l’accessibilité, notamment l’inaccessibilité en raison de l’âge, de la santé et de la mobilité. Nombreuses sont les personnes qui ont été reléguées en marge de la vie sociale et qui peuvent désormais participer là où elles étaient auparavant exclues.   

En réponse à cette situation, certaines églises ont fourni à leurs membres un accès à l’Internet et des dispositifs permettant d’établir des liens avec les familles et avec l’ensemble de la communauté. 

Les pasteurs signalent que la majorité des participants à l’église virtuelle sont des adultes plus âgés. Les responsables d’église découvrent également que l’auditoire plus jeune ne se connecte pas. Il ne participe pas aux rassemblements en ligne comme on l’avait prévu. 

Quand nous nous réunirons à nouveau

Au début de la pandémie, les gens attendaient impatiemment le moment où nous pourrions nous réunir à nouveau. Plus d’un an plus tard, il existe de l’hésitation, de la peur, de la prudence et de la retenue. Les fidèles sont lents à rejoindre les réunions de groupe.

La saison de la pandémie a été suffisamment longue pour que les gens établissent de nouveaux modèles de vie et créent de nouvelles habitudes. 

  • Ce modèle hybride de rencontres en ligne et en personne est-il là pour de bon ?
  • Les jeunes familles et les adultes émergents reviendront-ils ? –  avec ou sans option en ligne ? 
  • Plus important encore : comment les gens pratiqueront-ils leur foi chrétienne en période postpandémique ? 

Les modèles hybrides seront peut-être la voie de l’avenir. Les options en ligne offrent la possibilité de faire participer ceux et celles qui sont autrement physiquement isolés de la communauté. Une façon de se connecter avec l’Église mondiale est d’inviter un conférencier de la CMM à être virtuellement présent avec votre église.

Voir liste des conférenciers-conférencières

Les connexions mondiales nous fournissent des nouvelles de nos sœurs et frères du monde entier, afin que nous puissions offrir des prières d’intercession éclairées et répondre aux besoins des autres en temps voulu. La CMM a répondu à la pandémie par des événements en ligne tels que des rencontres de prière, des webinaires et des vidéos sur notre chaîne YouTube. 

« L’Église virtuelle » ne suffit pas, dit un autre pasteur. « Nous avons besoin d’une présence incarnée. Nous devons vivre publiquement l’Évangile de Jésus-Christ avec nos frères et sœurs du monde entier. » 

Ensemble, nous demeurons l’Église de Jésus-Christ – réunie et dispersée. Merci à Dieu. 

—Gerald Hildebrand est le représentant régional de la CMM pour l’Amérique du Nord. Il vit à Winnipeg au Manitoba (Canada) où il est membre de l’Église River East, une église des frères mennonites. 

You may also be interested in:

4 rituals to mark the pandemic year

« Le culte, c’est une série d’actions : se rassembler, louer, se réconcilier, prier, » selon Katie Graber, co-directrice du Anabaptist Worship... Lire la suite

Zoom meeting

Assembly 17 in Indonesia available to more participants through hybrid format

Après avoir pris la décision de proposer une version hybride de l’Assemblée réunie 2022 en Indonésie, les membres du comité d’organisation et l’... Lire la suite

MWC online prayer hour

MWC Online Prayer Hour

L’heure de prière virtuelle de la CMM, organisé par la Commission DiacresLire la suite

Comments: