Confinés mais grandis

« L’amour de l’Indonésie » : pour les participants de YAMEN!, Enosh Rupamajhi, Jeu Song et Olicky Muchindu, la chaleur des relations – de la part de leurs hôtes et entre eux – caractérise leur année. 

YAMEN! donne aux jeunes adultes du monde entier la possibilité de quitter ce qu’ils connaissent pour servir pendant un an, apprendre et grandir en occupant un poste à l’étranger. YAMEN est un programme commun du Comité central mennonite (MCC)

et de la Conférence Mennonite Mondiale. En Indonésie, YAMEN est un programme conjoint d’Indomenno, une association de trois synodes mennonites indonésiens et de la Conférence Mennonite Mondiale.

La coordonnatrice du programme YAMEN, Andrea Geiser, déclare que « les avantages [des programmes d’échange] sont énormes pour les individus, l’église, les familles d’accueil, la communauté d’accueil et le lieu de travail. »

En Indonésie, le participant de YAMEN, Jeu Song (Laos), a rendu visite à des paroissiens aux côtés du pasteur et a travaillé avec l’équipe multimédia de l’église Kasih Allah du synode Jemaat Kristen Indonesia (JKI) dans la ville de Semarang.

Olicky Muchindu (Zambie) a servi dans une classe maternelle au Gereja Injili di Tana Jawa (GITJ) Tompomulyi Juwana. Il pratiquait souvent son indonésien nouvellement appris avec les gens en ville. « Je suis une personne plutôt sociale », dit-il.     

Enosh Rupamajhi (Inde) était professeur adjoint d’anglais au GITJ Ketanggan. Il a aimé apprendre le métier d’apiculteur auprès de son père d’accueil.

Au mois de mars 2020, ces participants de YAMEN en service avec les églises mennonites en Indonésie n’ont pas pu servir dans leur lieu de travail respectif en raison de la COVID-19 et du confinement en plus de ne pas pouvoir rentrer chez eux à cause des restrictions de voyage. Jusqu’en juillet, lorsqu’ils sont rentrés chez eux un par un, les jeunes hommes ont été confinés ensemble dans un bureau de Salatiga.

YAMEN
Les participants de YAMEN de la Zambie, du Laos et de l’Inde ont écrit ensemble un chant d’adoration en indonésien pendant leur confinement ensemble.
Photo : gracieuseté d’Olicky

« Les garçons » sont devenus comme une famille.

Parfois, ils « avaient juste besoin de respirer », raconte Olicky Muchindu. Confinés dans le bureau, ils s’ennuyaient de leurs hôtes, étaient attristés à cause des événements et des occasions ratées et s’inquiétaient de leur famille.

Pour passer le temps, ils ont chanté des chansons ensemble, écrit des histoires sur leur emploi, montré de la miséricorde dans les problèmes de communication, appris les uns des autres à cuisiner leur cuisine locale et ils ont prié ensemble tous les soirs. « Maintenant, je peux cuisiner du poulet au curry », dit Jeu Song. 

Anielle Santoso, la personne-ressource d’Indomenno, raconte que « l’organisation de leur retour à la maison a été difficile, mais “les garçons” se sont entraidés ». Deux d’entre eux ont travaillé avec leur gouvernement pour obtenir des sièges sur des vols de rapatriement.  

« Si nous travaillons ensemble [au-delà de nos différences], dit Jeu Song, nous apprendrons à nous connaître et nous pourrons nous aider les uns les autres dans une période difficile – cela dans un cadre œcuménique comme dans le cadre des relations personnelles. »

« Lorsqu’il est devenu évident que la COVID-19 était une pandémie mondiale, le MCC a dû prendre des décisions concernant ses travailleurs », dit Andrea Geiser. Les directeurs des régions, les coordonnateurs de programmes et les participants ont déterminé les options possibles pendant que les programmes restreignaient leurs activités. Confrontés à des restrictions de voyage, de nombreux participants de YAMEN, comme

« les garçons » sont restés dans leur pays d’accueil pendant des mois. Trois participants de YAMEN de 2019-2020 poursuivent leur mandat affecté par la pandémie jusqu’au mois de décembre.

Comme la COVID-19 continue d’avoir une incidence sur les directives concernant les voyages, la santé et la sécurité, les occasions de service sont limitées, et seulement deux participants du programme YAMEN commenceront en octobre 2020.

Pendant le confinement, les « garçons » de Salatiga ont poursuivi leur expérience interculturelle, en utilisant l’indonésien et l’anglais comme langue commune. [Cliquez ici pour visionner un chant d’adoration qu’ils ont écrit ensemble en indonésien]

« Chaque matin, nous chantions des chants d’adoration en indonésien », raconte Enosh Rupamajhi. « Je ressens ici la présence du Seigneur ; terima kasih, Tuhan! [‘merci Dieu’ en indonésien]. »

Communiqué commun de la Conférence Mennonite Mondiale et du Comité central mennonite par Karla Braun, rédactrice pour la Conférence Mennonite Mondiale, qui vit à Winnipeg.

Links on this page:

Links on this page:

Links on this page:

Links on this page:

You may also be interested in:

YAMEN ambassador of peace amid violence

Damaris Guaza Sandoval raconte que durant son année de service à La Ceiba, au Honduras, elle a aidé les jeunes à devenir des ambassadeurs de la paix... Read More

YAMEN service builds faith

Bogota, Colombie – Prendre un risque et faire confiance à Dieu sont des moyens sûrs pour grandir dans la foi. Pour Marisela Dyck et Xavier Chen, en... Read More

Healing wounds through art: A YAMEN experience

Bogotá (Colombie) – Pour Keila Viana, voir comment l’art guérit les blessures a approfondi sa compréhension de Dieu et de son amour pendant son... Read More

Comments: