‘Suivez le feu’ : marcher avec Jésus en présence de l’Esprit

Il y avait plus de 15 ans que nous avions quitté Zagreb (aujourd’hui capitale de la Croatie), lorsque nous y sommes revenus pour une brève visite en 2006. Assis à la terrasse d’un café un samedi matin ensoleillé, ma femme Sara et moi avons aperçu des affiches qui n’auraient sûrement pas été autorisées dans l’ex-Yougoslavie, autrefois communiste : ‘Marche pour Jésus !’ L’ayant lue, je n’ai pas pu découvrir quelle dénomination parrainait l’événement. Curieux, nous avons cherché et découvert la procession elle-même, parcourant joyeusement le centre-ville jusqu’à ce que les habitants appellent Cvjetni trg (Place des Fleurs).

Nous demandant toujours qui pouvait organiser une telle manifestation chrétienne publique, nous avons soudain été hélés par l’un des organisateurs, qui s’est exclamé joyeusement : « Cela a commencé dans votre salon ! »

Stanko avait été l’un des nombreux jeunes responsables d’églises pentecôtistes qui se réunissaient chaque mois chez nous en 1988 et 1989 pour prier, au-delà des barrières confessionnelles qui cantonnent habituellement chacun dans son groupe. Les baptistes, les pentecôtistes, les frères et plusieurs autres branches indépendantes de ce petit mouvement néo-protestant appréciaient l’opportunité de réfléchir, de prier et de tisser des liens d’amitié pendant les périodes difficiles des années 90, qui avaient plongé la région dans le chaos et la guerre.

Bien après notre retour en Amérique du Nord, ces premiers liens se sont transformés en collaboration pour témoigner, secourir les victimes de guerre et sensibiliser nos voisins à la foi chrétienne[KB1] .

Aux heures les plus sombres des conflits dans les Balkans (1991–1995 et au-delà), les efforts pour rétablir la paix, fondés sur la foi chrétienne, étaient profondément ancrés dans la coopération œcuménique et même interconfessionnelle. En Bosnie, en Serbie et en Croatie, les disciples de Jésus s’étaient sentis appelés à surmonter les frontières, construire des ponts, pratiquer le pardon et offrir une simple hospitalité aux personnes en grand danger de toutes parts.

Les amis de la CMM connaissent le témoignage de Hleb Života (l’organisation humanitaire le Pain de Vie) à Belgrade, ou de Pontanima (chœur interconfessionnel) à Sarajevo. Ces initiatives, et bien d’autres, ont contribué durablement à la consolidation de la paix suite aux désastres d’origine humaine dans la région.

En raison de mon engagement avec les chrétiens pentecôtistes des Balkans, ces dernières années j’ai eu le privilège de participer aux dialogues interconfessionnels officiels entre l’Église mennonite des États-Unis et certaines branches du mouvement pentecôtiste.

L’Église de Dieu (basée à Cleveland - Tennessee) a participé à plusieurs séries de discussions théologiques sur la présence et la puissance du Saint-Esprit lors de cultes, dans l’évangélisation et dans la mission. De nombreux participants ont exprimé un vif intérêt pour les expériences anabaptistes lorsque les disciples de Jésus, par la puissance de l’Esprit de Dieu, agissent en tant qu’agents de réconciliation et de paix dans les conflits actuels.

Dieu crée continuellement du nouveau parmi nous, alors que l’Esprit continue de détruire les murs de l’hostilité et de nous envoyer comme ambassadeurs avec la puissance de l’amour du Christ.

Dans ce but, Shane Claiborne, militant chrétien de Philadelphie (Pennsylvanie), nous exhorte à garder le meilleur de ce que les nombreuses et diverses traditions chrétiennes ont à nous offrir :

‘Tout comme nous critiquons ce qu’il y a de pire dans l’Église, nous devons nous réjouir de ce qu’elle a de meilleur’, écrit Shane Claiborne dans le journal Oneing. ‘Nous devons creuser les champs de l’histoire de l’Église pour y trouver des trésors, des joyaux… Je désire le feu des pentecôtistes, l’amour des Écritures des luthériens, l’imagination politique des anabaptistes, l’enracinement des ortodoxes, le mystère des catholiques et le zèle des évangéliques.’

Je suis convaincu que nous sommes beaucoup plus un panachage de ces nombreux courants que ce que nous admettons habituellement. Nous nous abreuvons tous à des courants qui incluent d’anciennes formes du culte chrétien orthodoxe, des traditions de réflexions profondes catholiques, des convictions luthériennes solides, des doctrines réformées classiques et des pratiques piétistes chaleureuses - ainsi que certaines formes d’engagements et de croyances anabaptistes que les premières générations pourraient ou non reconnaître comme leurs.

Nous choisissons et répondons à de nouvelles situations tout en puisant dans des matériaux venant de sources diverses. Ensemble, ces fils colorés et entrecroisés forment un nouveau tissu, une tapisserie pour notre époque destinée à être un don pour nos contemporains.

Le fleuve puissant des pentecôtistes d’aujourd’hui et celui des héritiers du courant anabaptiste peuvent sembler assez éloignés l’un de l’autre, mais la réalité souterraine est plus proche que ce que l’on aurait pu penser. Lorsque nous travaillons ensemble, les forces de notre zèle prophétique, de notre témoignage passionné et de notre compassion quotidienne peuvent revitaliser un discipulat guidé par l’Esprit dans ce monde complexe. C’est notre espoir !

Gerald Shenk a enseigné dans des séminaires en Croatie, en Serbie et aux États-Unis (Virginie et Indiana), avant de prendre ses fonctions de grand-père dans une petite ferme en Virginie. Il est membre de Springdale Mennonite Church.

 

Cet article est paru pour la première fois dans le numéro d’avril 2020 de Courier/Correo/Courrier. Cliquez ici pour lire d'autres articles de ce dossier.

Links on this page:

Comments: