Nouvelles

Vecteurs d’espérance : solidarité anabaptiste andine

Willi Hugo Pérez, représentant régional de la CMM pour l’Amérique centrale était l’orateur principal de la Rencontre anabaptiste andine. Photo : Kristina Toews.
Date de diffusion : 
Mardi 19 Février 2019

Pour la première fois depuis plus de dix ans, des responsables d’Églises de Colombie, d’Équateur, du Pérou et du Venezuela se sont réunis lors d’un rassemblement à La Cumbre, Valle, en Colombie du 9 au 12 novembre 2018.

Ils étudièrent la Bible, chantèrent et s’écoutèrent les uns les autres sur le thème : « L’Église : vecteur d’espérance dans le contexte socio-politique d’Amérique latine. » José Rutilio Rivas, membre de la Commission Mission de la Conférence Mennonite Mondiale (CMM) a apporté la prédication du culte de bienvenue.

Santiago Espitia de l’Iglesia Hermandad en Cristo (Église Frères en Christ) de Colombie, témoigne : « Nous avons pu apprendre à nouveau que suivre Jésus prend en compte la vie quotidienne, nos besoins mais aussi les besoins des autres. »

Dans les études bibliques, les ateliers et les groupes de discussion, les participants ont analysé leurs contextes actuels, faits de personnes déplacées ou réfugiées, de corruption, de catastrophes naturelles, de crises politiques, de divisions et de polarisations, de problèmes économiques et de violence. Ils ont réfléchi au visage de l’espérance et au rôle crucial de l’Église dans un monde qui semble désemparé.

Ramon Guevara, de l’Iglesia Cristiana Menonita del Ecuador (Église chrétienne mennonite d’Équateur), a été touché par le témoignage du travail pour la paix des Églises colombiennes au sein d’une société qui souffre encore après 60 ans de guerre civile. « Cette rencontre change la vie. »

La crise humanitaire actuelle au Venezuela, précipitée par l’instabilité politique et l’effondrement de l’économie, est revenu mainte fois dans les discussions. Les responsables ont parlé de la manière dont leurs Églises en Colombie et en Équateur accueillent les réfugiés vénézuéliens. Les participants vénézuéliens ont raconté la façon dont ils soutiennent ceux qui souffrent du chômage, de pénuries de nourriture et de l’inflation dans leurs communautés.

Pasteure María de Melo de l’Iglesia Cristiana Menonita de Riohacha montre un quilt sur lequel des réfugiés vénézuéliens ont cousu le récit de leur migration comme moyen d’exprimer leur traumatisme. Photo : Linda Shelly.

Lors de la dernière soirée de la rencontre, les responsables des différents pays ont abordé la question d’une réponse anabaptiste qui rendrait la foi visible en appelant à la paix et à la justice alors que les tensions s’accroissent et qu’une intervention militaire est à craindre. Selon Elizabeth Miller, représentante du MCC en Colombie et en Équateur, tous les participants à la Rencontre anabaptiste andine, ont approuvé un texte qui insiste sur « la dignité émanant de Dieu de tous les êtres humains, y compris des migrants vénézuéliens ; l’importance d’une issue non-violente à la crise ; et la responsabilité de l’État vénézuélien quant au respect et à la protection des droits de ses citoyens. » 

Les responsables exprimèrent à de nombreuses reprises durant la rencontre que malgré les circonstances difficiles, la source de l’espérance est toujours en Jésus Christ. D’après Erwin Mirabel, de Iglesias Evangélicas Menonitas de Oriente (Églises Évangéliques Mennonites de l’Est), au Venezuela, « lorsque nous plaçons notre espérance dans des systèmes politiques, de droite ou de gauche, nous perdons l’espérance ».

Pablo Stucky, représentant régional de la CMM pour les pays andins, a clos la rencontre en racontant les signes d’espérance qu’il a observé dans son travail de mise en relation des Églises. Il a décrit comment les différentes unions d’Églises en Colombie travaillent ensemble sur des projets d’aide à l’enfance et également au travers du MCC. Il a rappelé que les trois unions d’Églises de l’Équateur se sont réunies pour la première fois. Au Pérou, les Églises ont étés solidaires des victimes des inondations. Au Venezuela, les voisins qui ne sont pas membres de l’Église, font don des denrées pour contribuer au ministère d’aide alimentaire apporté par l’Église aux enfants du quartier.

Les trois unions d’Églises membre de la CMM en Colombie (Iglesia Hermandad en Cristo, Iglesia Cristiana Menonita de Colombia et Iglesias Hermanos Menonitas de Colombia) ont préparé et accueillit la rencontre.

Cliquez ici pour lire la Déclaration sur le Venezuela de la Rencontre anabaptiste andine disponible en anglais et en espagnol.

—un communiqué de la Conférence Mennonite Mondiale écrit par Kristina Toews

 

Ajouter un commentaire