Nouvelles

Un espace pour se soutenir : le Conseil Général favorise le relationnel

Les délégués du Conseil Général montrent les cartons orange en signe de consensus. Photo : Len Rempel.
Date de diffusion : 
Mardi 29 Mai 2018

« Levez-vous si vous êtes fatigués, usés par les tâches de votre ministère. » Dans un groupe de personnes issues de pays de langue portugaise des deux côtés de l’océan, un pasteur brésilien s’est déplacé pour embrasser un pasteur angolais qui s’était levé en réponse à l’appel fait par la Commission Diacre pendant les temps de prière du soir lors des réunions du Conseil Général de la Conférence Mennonite Mondiale. À travers la salle, des petits groupes de délégués entourèrent les responsables d’église, allégeant leurs fardeaux par des prières d'encouragement. 

Alexander Neufeld (Allemagne) et Joji Pantoja, présidente de la commission Paix (Philippines), prient pour Alphone Komuesa (RDC). Photo : Wilhelm Unger.

La plupart du temps, la mission de la CMM - créer un espace pour la réunion de la famille anabaptiste - se réalise virtuellement, sur les réseaux sociaux ou par e-mail à travers les continents, mais une fois tous les trois ans, elle se tient en personne lorsque le Conseil Général (un à trois délégués de chaque union d’église membre), les commissions et des réseaux (Fraternité Missionnaire Mondiale, Réseau Anabaptiste Mondial d’Entraide) se rencontrent. Des représentants de 107 union d’églises de 58 pays se sont réunis lors de ces réunions triennales du 23 au 26 avril 2018 à Limuru, au Kenya. Ils ont pris des décisions en discernant ensemble, ils ont appris tout en enseignant - et ils ont mangé ensemble et partagé ce qu’ils avaient sur le cœur.

Les réunions du Conseil général visent à « tisser des liens, rencontrer les sœurs et frères d'ici au Kenya, de toutes les régions d'Afrique, d'Indonésie, du Japon, de Chine et de différentes parties du monde », raconte Juan C. Colón de la Convención de las Iglesias Menonitas de Puerto Rico, Inc. « Apprendre grâce à eux, voir comment ils prient, apprendre de l'humilité qu'ils montrent ... - cela a été une expérience enrichissante pour moi. »

Nous nous rendons compte qu’il n’y pas qu’au Congo que nous avons des problèmes dans la vie de l’église ; les problèmes sont partout, et chaque coin du monde a les siens. J’ai été touché par les difficultés de l’église du Panama qui a été déplacée de sa propre terre. » raconte Alphonse Komuesa de la Communauté Mennonite au Congo. « Parce que nous avons partagé ensemble ces expériences, nous pouvons nous réconforter les uns les autres. »

« Nous avons l’occasion de nous parler et d’apprendre à nous connaitre », explique Juan.

Un espace pour partager des prières

Pendant un temps de prière, Alphonse Komuesa a partagé les difficultés rencontrées en RDC où un groupe militaire violent a déplacé de nombreux membres de l'église mennonite, causant plusieurs morts, des familles séparées et la pauvreté.

Alexander Neufeld, de l'Arbeitsgemeinschaft Mennonitischer Brüdergemeinden en Allemagne a déclaré que les nombreux réfugiés du Moyen-Orient s’établissant dans le pays lancent un défi à l'église pour qu’elle apprenne et grandisse.

Les délégués du Nicaragua ont fait part de leurs préoccupations au sujet de la répression par le gouvernement des manifestations dirigées par des étudiants qui se déroulaient au moment même des réunions.

La petite union d’églises du Népal, qui compte 1 000 membres, a été touchée par les inondations et les tremblements de terre au cours des dernières années et est limitée par les lois anti-conversion, mais elle continue de croître, a déclaré Hanna Soren de l’église des Frères en Christ du Népal.

Un espace pour apprendre

Rassemblés dans une tente aux couleurs de l’arc-en-ciel qui était à la fois une métaphore de la diversité du rassemblement et un véritable tabernacle pour le peuple de Dieu, les délégués ont approuvé le plan du programme et les projections financières 2018-2021, ont révisé la Part Équitable 2016-2021, et ont eu des conversations animées à propos des propositions des commissions. Les objectifs stratégiques de cette triennale : vivre l'identité anabaptiste, les relations interdépendantes, la réconciliation et l'espoir.

« L'unité de l'esprit est la raison pour laquelle nous marchons ensemble, pas le résultat de bien marcher ensemble », a déclaré Thomas Yoder Neufeld, spécialiste de la Bible, nouveau président de la Commission Foi et Vie et conférencier durant les trois sessions plénières.

« Dieu est responsable de la diversité de notre unité », a-t-il déclaré. « C'est un problème permanent que nous ne voulons pas que Dieu résolve pour nous. »

L'image de la rupture des frontières montre à quel point la paix est coûteuse, a-t-il dit.

Un espace pour lutter

Les délégués ont ressenti de la douleur lorsqu’ils étaient en désaccord sur le sujet de la politique pour répondre aux sujets polémiques proposée par la Commission Foi et Vie.

Les enseignements de Tom Yoder Neufeld - la patience, la souffrance, le pardon, voir en l'autre le visage de Dieu comme moyens de marcher dans l'unité - ont été mis à l'épreuve. Le Conseil général n'est pas parvenu à un consensus sur l'acceptation du document, ce qui signifie que la CMM n'a toujours pas de processus clair pour discuter des sujets polémiques.

Deux autres documents des Commission ont reçu l'approbation des délégués : une déclaration de solidarité avec les peuples autochtones et un matériel pédagogique intitulé « Identité et œcuménisme : une théologie de l'hospitalité interconfessionnelle et de l'identité confessionnelle ».

Les délégués de la GMF et du GASN vivent un moment de communion fraternelle lors de la pause-café. Photo : Karla Braun.

Les délégués ont ratifié l’adhésion de nouvelles unions d’Églises approuvées par le Comité exécutif depuis le précédent Conseil général et les nouveaux membres en 2018 : La Conférence mennonite de Lancaster (membre) ; et Iglesia Misionera Anabautista, Bolivie (membre associé).

Henk Stenvers a été élu président pour assumer la présidence de l'Assemblée en Indonésie du 6 au 11 juillet 2021. La vice-présidente en poste, Rebecca Osiro, a été reconduite pour un mandat de six ans.

Les nouveaux membres des Commission et du Comité exécutif ont été approuvés (voir le tableau).

Avant le Conseil général, les délégués et représentants des organisations anabaptistes d’entraide et missionnaires se sont rendus dans l'ouest du Kenya pour participer à Renouveau 2027, une journée de célébration du Saint-Esprit dans l'histoire et la vie de l'église anabaptiste vieille de près de 500 ans (voir « Joie dans l'Esprit »). Le lendemain, ils ont participé au culte dans les églises locales de la région de Kisumu.

Rebecca Osiro a dit que c’était un grand honneur pour l'Église mennonite du Kenya d'accueillir le rassemblement des responsables anabaptistes du monde entier. « Nous nous sentons encouragés et fortifiés parce que ce jour est devenu une réalité », a-t-elle dit. « Là où les routes ne sont pas définies clairement ..., vous nous soutenez et vous nous pardonnez. Comme c'est plaisant, agréable et bon de rester ensemble dans l'unité. »

—Communiqué de la Conférence Mennonite Mondiale

 

Nouveaux Membres :
Comité Exécutif 
  • Samson Omondi (Kenya)
  • MZ Ichsanudin (Indonesie)
  • Wieteke van der Molen (Pays-Bas)
  • Carlos Martínez García (Mexique)
  • Juan Silverio Verón Aquino (Paraguay)
  • Bill Braun (États-Unis)
 
Commissions 
Paix
  • Neal Blough (États-Unis/France)
  • Adriana B. Rodriguez (Honduras)
  • Wendy Kroeker (Canada)
 
Mission
  • Nelson Okanya (États-Unis/Kenya)
  • Eladio Mondez (Philippines )
  • José Rutilio Rivas Dominguez (Colombie)
 
Foi & Vie
  • Nzuzi Mukawa (RDC)
  • Lydia Adi Sidharta (Indonésie)
  • Rebecca Gonzales (Mexique)
  • Thomas Yoder Neufeld, Président (Canada)
 
Diacres
  • Angela Opimi (Bolivie)
  • Ephraim Disi (Malawi)
  • Vikal Pravin Rao (Inde)

 

Ajouter un commentaire