Communiqués De Nos Responsables

Reconnaître notre interdépendance

Photo : Emily Epp
Date de diffusion : 
Lundi 4 Avril 2016

Comme les quatre cavités du cœur, les quatre commissions de la CMM servent la communauté mondiale des églises anabaptistes dans les domaines suivants : diacres, foi et vie, paix et mission. Les commissions préparent du matériel à l’intention du Conseil Général, donnent des conseils et proposent des ressources aux églises membres et facilitent le travail des réseaux ou des fraternités de la CMM qui œuvrent ensemble sur des questions et des préoccupations d’intérêt commun. Ci-dessous, une des commissions communique un message de leur ministère.


Il existe un terme sud-africain qui fut déterminant dans le parcours difficile de ce peuple à la recherche de réconciliation : ubuntu. Les langues occidentales n’ont pas d’équivalent pour ubuntu, un mot qui exprime l’essence de l’humanité et son interdépendance. Ce terme est devenu, en quelque sorte, une façon abrégée d’exprimer le proverbe zoulou umuntu ngumuntu ngabantu, traduit approximativement par « une personne est une personne à cause des autres personnes ». Ce qui affecte l’un affecte l’autre, et c’est important car notre humanité – notre être – dépend de l’autre.

Ces notions vont à l’encontre de l’individualisme occidental. Elles permettent d’imaginer différemment le comment vivre et le comment interagir avec l’autre. Si nous voyons les autres au-delà de nous-mêmes, nous pouvons explorer des manières de parler, de marcher l’un avec l’autre dans notre quête commune d’humanité et de dignité.

Nos sœurs et nos frères autochtones australiens nous le rappellent bien : « Si vous venez ici pour m’aider, vous perdez votre temps. Si vous venez parce que votre libération dépend de la mienne, travaillons ensemble. »

Comme anabaptistes, nous avons une préoccupation historique et permanente à l’égard de la paix (shalom), qui est étroitement liée à des questions de justice. En tant que disciples du Christ qui voient la paix comme évangile, nous avons un lourd fardeau quoique nécessaire : nous devons marcher les uns avec les autres quand nous témoignons ensemble du Royaume de paix de Dieu sur terre. En effet, comme la citation ci-dessus le souligne, notre quête de paix et de justice dans notre monde dépend de notre marche avec l'autre, de l'autre côté de la rue jusqu’à l’autre bout du monde. Aimer notre prochain comme nous-mêmes comme Jésus l’a enseigné est le fondement sur lequel on construit une perspective ubuntu.

Malheureusement, la réalité actuelle en Afrique du Sud nous enseigne aussi ce qui se passe quand nous ne réussissons pas à reconnaître ensemble notre humanité commune et interdépendante. La cupidité, l’abus de pouvoir, le racisme et l’égoïsme commencent à ronger et à dissoudre la communauté. Les personnes qui sont privilégiées et à l’aise ont tendance à oublier les personnes qui souffrent. Puis rapidement, comme Caïn, nous oublions d’être le gardien de notre frère (et de notre sœur!) (Genèse 4,9).

Si nous sommes sérieusement intéressés à rechercher la justice et à incarner la paix dans notre monde, alors nous sommes chargés en tant qu’Église, peuple « appelé », à rechercher le Royaume de paix de Dieu et à marcher avec les autres dans cette poursuite. Comme nous le rappellent nos sœurs et nos frères sud-africains, c’est la façon de mieux comprendre notre identité et notre être profond.

Souvenons-nous de cela quand nous marchons avec Dieu et avec les autres.

—Andrew Suderman, secrétaire de la Commission Paix de la Conférence Mennonite Mondiale

 

MWC group: 
Peace Commission