Nouvelles

Réconciliation avec la réforme radicale

À l’assemblée de la CMM en 2009, le président de la CMM, Danisa Ndlovu prend dans ses bras Ishmael Noko, le secrétaire de la Fédération Mondiale Luthérienne. Photo : Lowell Brown
Date de diffusion : 
Vendredi 22 Juillet 2016

Rapport sur le thème Porter du Fruit, du Groupe de Travail de la Fédération Luthérienne Mondiale qui fait suite à « l’Action Mennonite » de la onzième assemblée de la FLM en 2010.

Bogotá (Colombie) – Le processus de réconciliation entre la Fédération Luthérienne Mondiale et le Conférence Mennonite Mondiale a créé un terrain fertile pour la collaboration. Un rapport qui résume l’action FLM-CMM de réconciliation avec les Mennonites à propos des condamnations dans la Confession d’Augsbourg a pour but d’aider les églises membres de la FLM, les pasteurs, les séminaires et les assemblées à « mettre en place l’engagement de la FLM en enseignant différemment l’histoire anabaptiste, en particulier par rapport à la manière dont les anabaptistes sont décrits dans la Confession d’Augsbourg. »

« Les graines de la réconciliation semées il y a plus de 30 ans et qui ont fleuries durant la célébration de réconciliation à Stuttgart en 2010, portent réellement leur fruit maintenant, » dit John D. Roth, représentant de la CMM, membre du Groupe de Travail du FLM et auteur du document. « Les pasteurs mennonites et luthériens et les responsables d’église trouveront de nombreuses idées pour dialoguer entres eux à un niveau local. »

Le processus s’inspire des dialogues entamés à l’occasion de la célébration du 450 ème anniversaire de la Confession d’Augsbourg. À partir de la constatation que « les différences théologiques historiques ne pouvaient pas être examinées constructivement avant que les blessures du passé ne soit directement nommées, » la FLM commence un processus de réconciliation en 2003. Le travail principal de la commission d’étude consistait à « écrire une histoire commune des relations douloureuses au seizième siècle. » Le processus fut « en lui même un acte œcuménique et donc contribua déjà à la réconciliation. »

Les deux groupes ont reconnu « un devoir des communautés et des individus de reconnaître lorsqu’ils ont besoin de repentance et de pardon sincère. »

« La tâche de ce Groupe de Travail fut de répondre aux engagements (l’enseignement des confessions luthériennes, l’exploration de thèmes non-résolus, l’approfondissement des relations au travers de la prière commune et l’étude de la paix) ... avec la certitude que ce travail de l’Esprit n’en a pas fini avec nos églises, » dit le rapport.

Un des « fruits » de ce travail est le dialogue sur le baptême ; lorsque la CMM fut invitée par le Conseil Pontifical pour la Promotion de l'Unité des Chrétiens, elle suggéra que la FLM soit aussi invitée.

Porter du Fruit explore une autre différence historique, l’autorité civile et la participation chrétienne à la guerre au travers d’un dialogue honnête et respectueux entre représentants mennonites et luthériens.

« Un travail dur, parfois même douloureux, de ré-évaluation du passé a ouvert le chemin vers de nouvelles relations, » déclare le rapport. « Des arbres d’espoir ont été plantés. Maintenant, c’est le moment de s’assurer que les fruits continuent d’être nourris et récoltés. »

Il y a cinq-cent ans, les Anabaptistes et les Luthériens géraient différemment la pression des gouvernements et pouvoirs politiques et ceci permit que des condamnations soit émises de la part de uns sur les autres, dit Alfred Neufeld, président de la Commission Foi et Vie. « Mais c’est de l’histoire ancienne. Aujourd’hui, l’église mondiale du Christ (Mennonites et Luthériens inclus) se rend compte que l’église est appelée a proclamer la vérité face aux pouvoirs. Cette perspective mondiale et transnationale nous libère et nous permet de rester unis. » 

En parlant du processus durant un événement de la FLM en Indiana, aux États-Unis, le président de la CMM, Nelson Kraybill dit : « Maintenant, c’est notre devoir- celui des pasteurs comme vous et moi, des dirigeants à tous les niveaux de nos églises et des groupes régionales- de nous résoudre à nous aimer et à nous respecter les uns les autres et à trouver des manières de collaborer pour la construction de la paix et la proclamation de la bonne nouvelle. »

Cliquez ici pour voir le rapport intégral de la FLM, Porter du Fruit en anglais.

Communiqué de la Conférence Mennonite Mondiale 

 

MWC group: 
Faith & Life Commission

Ajouter un commentaire