Nouvelles

Projet A-Mar

Des participants de Proyecto A-Mar, de gauche à droite : Kary Bogarin, Paraguay; Aylín Bustos (Chili); Macarena Peña (Chili); Romina Peña (Chili); Kiara Flores (Chili); Zunny Alderete (Paraguay); Gabriela Hurtado (Bolivie). Photo: Linda Shelly.
Date de diffusion : 
Mardi 22 Mars 2016

La jeunesse mennonite sud-américaine cultive des amitiés hors des frontières

Carthagène (Chili) – Quand on parle des problèmes maritimes et frontaliers entre le Chili et la Bolivie, il est fréquent d'entendre des commentaires désobligeants et xénophobes qui reflètent des idées patriotiques et qui font appel à des conflits qui existent depuis plus de cent ans. Les conséquences de la Guerre du Pacifique au 19e siècle ont rendu la Bolivie une nation enclavée ayant perdu son port de mer au profit du Chili.

Cette situation est également entretenue par l’attitude des gouvernements qui, loin d’encourager la paix, l’utilisent à des fins politiques. En conséquence, nous voyons émerger un sentiment de haine à l’égard des Boliviens. Cette haine est en train de dominer les relations qu’entretiennent les gens au Chili, un pays qui reçoit un nombre croissant d’immigrants.

Quand les responsables des jeunes mennonites chiliens ont raconté leurs rencontres avec d’autres mennonites au Rassemblement de la Conférence Mennonite Mondiale au Paraguay et aux réunions du Cône Sud en Bolivie, l’idée est venue d’organiser un camp qui donnerait l’occasion aux jeunes du Paraguay et de la Bolivie de voir la mer pour la première fois de leur vie. Le Paraguay et la Bolivie sont deux pays enclavés, sans accès à la mer. Avec cette idée dans leur cœur et leur esprit, les gens ont commencé à travailler de différentes manières, pendant plus d’une année, pour atteindre leur but qu’ils ont intitulé Projecto A-Mar; le mot en espagnol « amar » signifie « aimer », et « a mar » signifie « à la mer ». Ce double sens a été respecté en tenant la retraite près de la mer et en mettant l’accent sur l’amour. Comme une expression tangible de leur amour, les jeunes Chiliens ont collecté des fonds pour payer une partie des coûts des participants internationaux.

L’organisateur Fabián Díaz, pasteur jeunesse à l’Iglesia Evangélica Menonita de Chile (Église mennonite évangélique du Chili), a été invité à participer au Sommet Mondial de la Jeunesse (GYS) en juillet 2015. Ce qu’il a communiqué a motivé les participants de la Colombie à se joindre aussi au projet. Chaque soir, les jeunes de divers pays parlaient de leur église et de leur culture de façon créative.

« Grâce aux récits de nos expériences vécues, nous avons eu l’occasion de cultiver des amitiés avec des jeunes adultes de pays différents », dit Fabián Díaz. « Nous avons tellement des réalités différentes même si nous provenons de pays voisins; c’est pourquoi nous avons décidé de voyager et de se rencontrer dans un lieu. »

Proyecto A-Mar (Projet Océans d’amour) a finalement vu le jour à l’école Lyon à Carthagènes au Chili, du 25 au 31 janvier 2016, en présence de jeunes mennonites provenant de la Bolivie, du

Paraguay et de la Colombie ainsi que de Linda Shelly de Mennonite Mission Network et de Jorge Vallejos, pasteur canado-chilien qui apporte son aide à l’Église au Chili.

Proyecto A-Mar fut une expérience agréable et inoubliable pour les participants, non seulement parce qu’ils ont atteint le but qu’ils avaient fixé, mais également parce que l’amour, le thème principal tout au long du camp, s’est reflété dans l’environnement multiculturel et les amitiés créées par les participants, ainsi que dans l’empathie montrée à l’égard des différentes expériences et réalités de chaque personne.

« Nous avons fait l’expérience de l’amour que nous avons pour le Chili et pour la Bolivie, et ce fut une des meilleures expériences que nous avons vécues » dit Gabriela Hurtado, une participante de Bolivie, « et réaliser qu’aucun de nous n’avait de frontières ou de limites pour l’amour de Dieu. »

Après s’être vus comme des frères et des sœurs en dépit des frontières qui les divisent artificiellement, après s’être pardonnés les uns les autres pour le mal produit dans leur cœur par une guerre qui remonte à plus de cent ans, ces jeunes mennonites ont été capables d’adorer Dieu et de fraterniser les uns avec les autres comme une seule nation. Les jeunes qui ont participé à cette retraite de réconciliation proviennent de ces Églises membres de la CMM :

  • Iglesia Evangélica Menonita de Chile (Église mennonite évangélique du Chili)
  • Iglesia Evangélica Menonita Boliviana (Église mennonite évangélique de Bolivie)
  • Iglesia Cristiana Menonita de Colombia (Église chrétienne mennonite de Colombie)
  • Convención Evangélica Menonita Paraguaya (Association mennonite évangélique du Paraguay)
  • Convención Evangélica de Iglesias Paraguayas Hermanos Menonitas (Association des Églises évangéliques des frères mennonites du Paraguay)

Apprendre à aimer de la façon dont Dieu s’attend de nous fut l’enseignement et le défi déposés dans les cœurs à Proyecto A-Mar 2016.

Mes bien-aimés, aimons-nous les uns les autres, car l’amour vient de Dieu, et quiconque aime est né de Dieu et parvient à la connaissance de Dieu. (1 Jean 4,7 TOB)

Daniela Solis est une jeune adulte de l’Église mennonite évangélique du Chili qui a participé à la retraite Proyecto A-Mar pour cultiver des relations entre les jeunes des pays de l’Amérique du Sud qui ont une histoire d’hostilités politiques. Un communiqué commun de Mennonite Mission Network et de la Conférence Mennonite Mondiale.

 

 

 

 

 

 

 

Vivre l’expérience de la mer sur un bateau. Photo : Einar Cavero, Bolivie. Photo : Linda Shelly

 Cliquez sur la photo pour obtenir une version en haute résolution

Geographic representation: 
Latin America and Caribbean

Ajouter un commentaire