Articles de fond

L’inégalité économique

Carlos Nieves (à gauche) et Lamont Reed déchargent des denrées alimentaires à l’église mennonite Hopewell de Reading (États-Unis), dans le cadre du ‘grocery bag program’ du MCC. Le MCC apporte des denrées alimentaires aux églises urbaines d’Amérique du Nord pour qu’elles les distribuent aux personnes dans le besoin. Ces dons viennent souvent à point pour ceux qui connaissent le chômage, l’itinérance chronique ou d’autres problèmes. Cette initiative du MCC est un des moyens pour les églises mennonites et Frères en Christ nord-américaines de lutter contre l’inégalité économique dans leur contexte. (Photo MCC/Matthew Lester)
Date de diffusion : 
Mercredi 9 Juillet 2014

L’inégalité économique : Explorer notre engagement commun pour le shalom

Un des engagements de notre communion mondiale d’églises anabaptistes consiste à travailler au shalom. Nous croyons à l’engagement pour la justice et au partage de nos ressources, qu’elles soient matérielles, financières ou spirituelles. Pourtant, à cause de notre immense diversité, notre engagement prend différentes formes.

 

L’égalité entre chrétiens : une utopie ? (Arthur Dück, Brésil)

Comme ce fut le cas dans l’Église primitive, les communautés anabaptistes ont essayé de réduire les inégalités économiques en leur sein. La dimension radicale du ‘premier amour’ se voit aussi dans le souci des pauvres. La dimension économique était une façon concrète de manifester l’amour du Christ.

 

Réparer la brèche (Harriet Sider Bicksler, États-Unis)

L’inégalité économique est un défi important pour les églises nord-américaines, et elles y ont souvent bien répondu. Beaucoup de chrétiens (et d’autres) font du bénévolat et contribuent financièrement à des organisations caritatives. Pourtant, en dépit de ces efforts, l’inégalité économique subsiste.

 

Une mission modelée sur le Christ (Bijoy K. Roul, Inde)

Il n’y a pas de réponse facile à la question de savoir pourquoi la majorité souffre de l’inégalité économique. Nous n’avons que quelques théories. Bien sûr, les facteurs varient selon le lieu, l’époque et le pays. Un facteur peut être déterminant à un endroit et pas ailleurs.

 

La main ouverte, pas la charité (José Arrais, Portugal)

Soudain, l’économie du Portugal s’est effondrée. Le taux de chômage a augmenté de 16 % (près de 20 % selon les chiffres récents). L’émigration a repris, surtout parmi les jeunes. La lutte pour la survie est redevenue une réalité. Les Frères mennonites portugais ont commencé à s’en rendre compte dans leur propre communauté. Nous savions qu’il nous fallait agir.