Articles de fond

L’esprit transforme : il répond à nos prières

Suzen Ngulube avec le véhicule que les femmes BICC ont acheté pour l’épouse de l’évêque en 2011. Il fonctionne toujours bien. Photo : Barbara Nkala
Date de diffusion : 
Vendredi 11 Janvier 2019

Lors de Renouveau 2027 – ‘L’Esprit Saint nous transforme’ à Kisumu (Kenya), le 21 avril 2018, plusieurs personnes ont témoigné des changements accomplis par l’Esprit dans l’Église. Les articles suivants décrivent l’oeuvre du Saint-Esprit qui transforme les vies.


Le Saint-Esprit est la troisième personne de la Trinité : Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu le Saint-Esprit (Mt 28/19). Cest ce quenseigne mon église, les Frères en Christ (BICC) au Zimbabwe. Nous ne pouvons voir le Saint-Esprit, mais nous voyons Dieu agir par son Esprit ; le résultat est toujours stupéfiant et impressionnant.

Quand jétais petite, on nous parlait de Dieu le Père, et de Jésus, le grand ami des enfants, et notre Sauveur. Le Saint-Esprit était à peine mentionné, bien que nous chantions des hymnes célébrant la puissance de ce consolateur et enseignant.

Nous allions à léglise avec dautres croyants pour adorer Dieu par la prière, létude de la Bible et lécole du dimanche, les hymnes (louange et adoration), loffrande et le sermon.

Pendant de nombreuses années, même si lenseignement de nos églises était basé sur la Bible, pendant le culte, nos actions (bien quappropriées sur la forme) ne correspondaient pas à notre éthique, en particulier en ce qui concernait la dîme et les offrandes.

Puis vinrent des enseignements sur la personne du Saint-Esprit. Jai commencé à être témoin de changements de comportement.

Quand une église permet à la puissance de transformation du Saint-Esprit de se manifester, nous en voyons les fruits : lamour, la joie, la paix, la gentillesse, la patience, la bonté, la fidélité, la douceur et la maîtrise de soi (Ga 5/22, 23).

Le temps de prière est devenu un temps de vraie communion avec Dieu.

Pendant la louange et le culte, le groupe de musique loue Dieu de tout leur cœuret peuconduire le reste des fidèles dans Sa présence. Les paroles des chants prennent un nouveau sens.

Maintenant, les offrandes sont plus importantes. Les croyants ne donnent plus la dîme ou les offrandes par obéissance à la loi, mais par amour, avec joie et dun cœur reconnaissant. Donner généreusement, comme lont fait les Macédoniens dans 2 Corinthiens 8, nest pas facile pour la plupart dentre nous, mais nous assistons à une transformation que nous ne pouvons que mettre au compte du Saint-Esprit.

En 2011 lors de la conférence des femmes des BICC à la Mission de Mtshabezi, nous en avons vu un exemple.

Le dernier jour de la conférence, lévangéliste Silibaziso Nhliziyo a basé son message sur Ge 9/1726. Cette femme bien-aimée, à la foi profonde, nous lancé le défi de nous soucier de nos parents spirituels, de nos pasteurs et de nos responsables qui souvent manquent du nécessaire.

Elle est devenue très concrète« Mam bishop Ndlovu (La femme de lévêque Ndlovu) rend visite aux malades et aux personnes endeuillées, et elle se déplace à pied ou en taxis minibus. Pourtant, nous, nous vivons dans le confort et nous avons de bonnes voitures. Est-ce normal? Aujourdhui, nous allons faire un don pour que notre Mam Bishop puisse acheter une voiture. Donnez, mes sœurs: semez une graine pour faciliter la vie de Mam Bishop pour servir Dieu ».

« Nous allons donner 5 000 $ pour lachat dun véhicule. Ce que vous faites pour elle, vous le faites pour Dieu. »

Cela semblait bien difficile pour beaucoup qui donnaient habituellement le strict minimum.

Grande surprise : les femmes ont promis des sommes dépassant le montant nécessaire ! Nous étions toutes daccord que le Saint-Esprit était à lœuvre. Le véhicule de 10 places que nous avons acheté est utilisé par lépouse de lévêque et dautres dames de léglise pour leur ministère auprès des femmes.

Silibaziso poursuit: « Jai le sentiment quil y a des femmes qui ont des problèmes pour concevoir. Vos cœurs pleurent pour avoir un enfant. Certaines dentre vous se découragentMais comptez toujours sur Dieu! »

Beaucoup de femmes se sont avancées pour que lon prie pour elles.

Six ans plus tard, lors de la conférence annuelle des femmes BICCLovewyn Mhlangaune enseignante et conférencière douéeépouse dun ministre de lÉvangile de la paroisse BICC de Lobengula à Bulawayo, a apporté son témoignage.

« Jai rencontré mon Jésus dune manière spéciale à Mtshabezi [la conférence des femmes de 2011] », a-t-elle dit.

« Jétais réticente à mavancer. Javais fait quatre fausses couches. On avait beaucoup prié pour moi, mais mon espoir avait été déçu à chaque fois. »

« Cest à contrecœur que je me suis avancée, les larmes coulaient sur mon visage. Dieu ma touchée pendant le temps de prières. »

« Peu de temps après, jétais enceinte ! Joie et anxiété se mêlaient. Après neuf mois, je suis allée à lhôpital pour une césarienne. Jai entendu mon bébé pleurer pendant que jétais encore en salle daccouchement et jai dit « Dieu, tu es si bon! Tu es fidèleTu es Jéhovah et tu mérites dêtre adoré! »

« Vous qui êtes assises ici, vous faites confiance à Dieu ; croyez que Dieu fera une brêche dans votre vie » déclara Lovewyn. « Jai eu ma petite fille, Princess. Jai prié pour un autre bébé, et Dieu ma donné un fils, Prince Joshua ». 

Le Saint-Esprit est-il parmi nous, transformant des vies et des situations? Oui, Il est là! Le même Saint-Esprit qui a envoyé les missionnaires qui ont apporté lÉvangile, construit des écoles et des hôpitaux, est toujours à lœuvre aujourdhui, édifiant le royaume de Dieu.

Barbara Nkala est la représentante régionale de la CMM pour lAfrique australe. Elle est membre de léglise BIC au Zimbabwe. Elle a parlé à Renouveau 2027Le Saint-Esprit nous transforme à Kisumu (Kenya) le 21 avril 2018. Cet article est adapté de sa présentation.

Cet article est paru pour la première fois dans le numéro d’octobre 2018 de Courier/Correo/Courrier.