Nouvelles

Les mennonites suisses expriment leur solidarité à l’Église des frères du Nigéria

Photo : Church of the Brethren/David Sollenberger
Date de diffusion : 
Mercredi 24 Juin 2015

Bâle, Suisse – En plus d’appuyer l’appel à la prière lancé par la Conférence Mennonite Mondiale (CMM), la Conférence mennonite suisse (CMS) a fait preuve de solidarité avec l’Église des frères du Nigéria (Ekklesiyar Yan’uwa a Nigéria – EYN).

Actuellement, au nord-est du Nigéria, des chrétiens et des musulmans modérés souffrent terriblement des conséquences des attaques perpétrées par les terroristes connus sous le nom de Boko Haram. EYN a été durement touchée par ces violentes attaques et compte plus de 700 000 membres déplacés et quelque 1 670 églises détruites.

Le Täuferisches Forum für Friede und Gerechtigkeit (Forum anabaptiste pour la paix et la justice), de la CMS, a été invité à participer au groupe de défense de Mission 21, une œuvre missionnaire protestante œcuménique de Bâle.

« Nous avons pensé que le fait d’avoir des liens à la fois par le biais de la CMM et d’une organisation œcuménique locale serait significatif », explique Hanspeter Jecker.

Compte tenu que l’Église des frères du Nigéria appartient à la tradition des églises pacifistes historiques, Mission 21 a voulu qu’une autre église pacifiste participe à leur groupe de défense du Nigéria. Ils ont invité Hanspeter Jecker et Heike Geist, tous deux professeurs au Séminaire théologique Bienenberg, à participer en tant que représentants des Services Missionnaires Mennonites, de la CMM et de la CMS, une église membre de la CMM.

Le 12 juin 2015, une résolution proposée par le groupe de défense du Nigéria a été discutée et adoptée par Mission 21.

Lors de cette rencontre, Hanspeter Jecker a parlé d’une perspective mennonite : « La présence des églises pacifistes historiques est caractérisée par une détermination à renoncer à la violence pour des raisons théologiques et bibliques, à suivre les traces de Jésus et à ne pas répondre au mal par le mal, mais d’y répondre par le bien et ultimement vaincre le mal par le bien. »

« Cette conviction seule ne garantit pas une vie paisible et tranquille. Mais elle se base sur l’espérance que le Vendredi Saint n’est pas le dernier mot, mais qu’il y a Pâques, suivi de la Pentecôte. Cette foi n’est pas condamnée à accepter toutes les injustices et à souffrir en silence. »

« C’est la raison pour laquelle cette résolution est si importante. Elle est une expression de notre solidarité fraternelle avec ceux et celles qui souffrent au Nigéria. Elle signifie qu’il ne peut pas avoir de paix sans justice. La résolution désire croire aux signes d’espoir que Pâques et la Pentecôte inspirent en période de grand besoin. »

Cliquez ici pour lire la résolution intégrale.

-Kristina Toews

 

Geographic representation: 
Europe

Ajouter un commentaire