Nouvelles

Les leçons d’un père sur le don

Myrl et Phyllis Nofziger au Paraguay lors du Rassemblement de la CMM à Asunción en juillet 2009. Photo : Myrl Nofziger.
Date de diffusion : 
Mercredi 3 Septembre 2014

Goshen, Indiana, États-Unis – Très jeune, Myrl Nofziger, un promoteur immobilier de Goshen, a appris des leçons de philanthropie, ce qui a bénéficié à de nombreuses organisations mennonites, y compris la CMM.

« Mon père donnait tous les jours, pas seulement de l’argent, mais de son temps, et il partageait ses connaissances, ses sentiments et ses valeurs. Donner la dîme n’était que le début, pas la fin. Les récessions n’ont eu aucun impact sur ses dons. Il allait même jusqu’à emprunter à la banque afin de donner à une paroisse ou une organisation dans le besoin. » a déclaré Myrl.

Myrl dit que lui et sa femme Phyllis (ainsi que sa première femme Ardith, décédée en 1988) ont vécu avec ces principes : donner, c’est se donner soi-même, ce qui va bien au-delà de la dîme.

Ils ont fortement encouragé leurs enfants et petits-enfants à vivre avec des principes semblables. Myrl a rédigé son testament, dans lequel il note ses espoirs et ses attentes pour les prochaines générations.

Il écrit ceci : « Il y est stipulé que de l’argent soit versé à chacun de vous, à certains moments, seulement si vous avez été fidèles à un mode de vie holistique. Nous savons que nous ne pouvons pas vous forcer à adopter un mode de vie particulier ; nous espérons simplement avoir été de bons modèles pour vous. Il est important que vous pensiez ‘mondial’ et pas seulement ‘local’, ou à vous-même : à des sujets tels que l’immigration, les personnes de différentes origines ethniques, la façon dont vous traitez les démunis, les personnes qui sont ou ont été incarcérées, les questions de paix et de justice. La liste est longue et changera de temps en temps. »

En 1948, le père de Myrl a emmené toute sa famille en voiture d’Ohio à Goshen (un long voyage à cette époque) pour participer au 4e Rassemblement de la CMM – le  premier en Amérique du Nord.

Myrl s’est engagé plus directement dans la CMM après avoir été sollicité financièrement après le Rassemblement de 1967 d’Amsterdam, et après celui de 1990 de Winnipeg. Phyllis et lui ont aussi créé une fondation pour la CMM à la fin des années 1990.

En plus de la présence de sa famille en 1948, il a participé aux quatre derniers Rassemblements : Canada (1990), Inde (1997), Zimbabwe (2003) et Paraguay (2009, avec Phyllis).

Chacun des Rassemblements a élargi sa compréhension de ce qu’est un chrétien mennonite, repoussant les règles et les restrictions qui semblaient le définir quand il était enfant.

« Regarder danser les Africains, découvrir les styles de culte dans le reste du monde et les autres modes de vie, m’a ouvert les yeux sur le fait que le christianisme est bien plus large que ma compréhension et mon expérience limitées » a déclaré Myrl.

Lorsqu’on lui demande pourquoi il pense que tout le monde devrait soutenir la CMM, Myrl répond : « la CMM fournit une structure qui nous permet d’interagir au niveau mondial. Les Nord-Américains détiennent une grande partie de la richesse mondiale, et c’est notre responsabilité de partager ces ressources.

« L’Église d’aujourd’hui est beaucoup plus vaste que notre propre assemblée ou même notre propre ville. Jadis, nos paroisses étaient des communautés autonomes, mais maintenant nous vivons dans une communauté mondiale, ce qui signifie qu’il nous faut étendre notre générosité. »

 

Geographic representation: 
North America

Ajouter un commentaire