Nouvelles

Les leaders de l’Église d’Amérique Latine en quête d’espoir et d’identité commune

César García (debout) explique comment la CMM est organisée et répond aux questions des personnes présentes. Il leur a aussi fait part des préparatifs du prochain Rassemblement mondial. Photo prise par Luis Ma. Alman Bornes.
Date de diffusion : 
Lundi 31 Mars 2014

Guatemala City, Guatemala – Dans un contexte de pauvreté généralisée, de violence et de courants religieux concurrentiels, où est-ce que les églises mennonites anabaptistes d’Amérique latine trouvent-elles espoir ?

Du 10 au 14 février, 137 dirigeants d'églises mennonites de 19 pays différents se sont réunis dans un centre de retraite catholique de la ville de Guatemala pour converser autour du thème « vers un ministère de l'espoir : réalité sociale, foi, parole et action pastorale. »

En plus des chants énergiques, d’un culte animé, d’un large éventail de sessions plénières et de discussions intenses en groupe, la « septième consultation des anabaptistes d’Amérique latine » (VII Consulta Latinoamericana de Anabautista) a marqué une avancée significative dans l'élaboration d'une identité régionale plus forte pour les groupes anabaptistes mennonites d’Amérique latine.

Selon plusieurs participants qui ont assisté à la première consultation des dirigeants ecclésiastiques d'Amérique latine en 1986, beaucoup de choses ont changé depuis. « J'ai été très impressionné par le fait que tous les présentateurs étaient hispanophones, profondément enracinés dans un contexte d’Amérique latine et par la profondeur de l'enseignement théologique, » a déclaré Tomás Gutierrez de Orjuela, président de la Iglesia Cristiana Menonita de Colombia.

Sandra Campos, présidente de l'Asociación Iglesias Cristianas Menonitas de Costa Rica a célébré la présence active des femmes lors de la consultation. Environ la moitié des participants étaient des femmes. Un nombre important de jeunes étaient également présents.

Des discours de l’assemblée en plénière ont défié les participants de renouveler leur engagement à une vision de l’Église centrée sur le Christ en tant que mouvement répondant aux besoins de l'Homme plutôt qu'une abstraction théologique, une institution ou le projet personnel d'un pasteur charismatique.

« L'Eglise », a insisté Gilberto Flores Campos dans la séance d'ouverture, "« est un pèlerin vivant en relation– avec le Christ, avec les autres pèlerins et avec la société qui les entoure... Cela signifie que sa théologie doit toujours être dynamique et d’improvisation. » Flores vient du Guatemala et est pasteur de conférence associé dans le district occidental de Mennonite Church USA.

« L'Eglise s'engage dans le monde, pas dans un rôle de propriétaire », a-t-il poursuivi, invoquant une image qui reviendra tout au long de la consultation, « mais comme son invitée. L'église est un témoin de la bonne nouvelle, mais celle-ci ne nous appartient pas. »

Jenny Neme, directrice de la Justapaz en Colombie, a fait remarquer que seule une petite partie de la violence en Colombie – comme dans la plupart des pays d'Amérique latine – est directement liée aux combattants armés. La majorité des morts violentes sont associées aux disputes domestiques, à la criminalité de rue et au trafic de stupéfiants qui reflète souvent les réalités structurelles de la pauvreté, du chômage et du désespoir. Au milieu de cette souffrance, l’espoir émerge du témoignage holistique chrétien de paix.

« Nous sommes un peuple avec des dons, des talents et des ministères, réuni au nom du Christ, afin de partager un message d'espoir et de non-violence », dit-elle. Neme parle du défi d'aider les jeunes hommes en Colombie à trouver des moyens de résistance à la conscription obligatoire dans l'armée. Elle a également invité les mennonites à intégrer la paix dans tous les aspects de leur vie quotidienne et à être ouverts à l’idée de former des alliances avec d'autres chrétiens tournés vers la paix.

Daniel Schipani a rappelé aux participants que « Dieu a espoir dans l'humanité », et « invite toujours les humains à une vie de transformation à l'image du Christ. » Il a également mis au défi les mennonites de voir le discipulat comme la citoyenneté dans le monde, attentif aux façons que Dieu a de travailler en dehors des structures formelles de l'église. Originaire d'Argentine, Schipani enseigne à Anabaptist Mennonite Biblical Seminary à Elkhart en Indiana.

Ofelia García, qui travaille avec le Comité Central Mennonite au Mexique, a souligné l’aspect  libérateur de donner et de recevoir le pardon en tant qu’expression de la présence de l'Esprit. Fernando Pérez, un pasteur au Mexique, a appelé les congrégations à défier les forces controversées de la culture en devenant des communautés véritablement intégrées.

César García, secrétaire général de la Conférence Mennonite Mondiale, a parlé en grande partie hors de son contexte en Colombie. Mais les participants venant de plusieurs autres régions ont exprimé leur profonde gratitude pour son analyse des courants religieux contemporains qui alimentent l’identité anabaptiste-mennonite en Amérique latine.

García a mis l’accent sur les modèles ecclésiales axés sur la raison (fondamentaliste mettant l'accent sur la doctrine), la justice (libérationniste mettant l'accent sur la transformation sociale) et l’expérience (néopentecôtiste mettant l'accent sur la santé individuelle, la richesse et le succès), avant de décrire une autre compréhension anabaptiste-mennonite de l'’Église enracinée dans l'écriture, le rôle de disciple, le culte et le rétablissement de la paix.

García a souligné que l’objectif n’est pas de défendre une identité distinctive par arrogance ou comme une fin en soi, mais par fidélité envers l'Évangile d'une manière qui cherche à briser les frontières.

Une expression de l'unité entre les différents groupes représentés à la consultation a été un sentiment d'enthousiasme croissant pour le travail de la Conférence Mennonite Mondiale.

Dans la première des deux sessions consacrées à l'organisation, César García a revu l'histoire et la vision de la CMM, a présenté le travail des quatre commissions de la CMM et a appelé les églises d'Amérique latine à prendre une initiative plus forte en partageant leurs voix dans un contexte global.

Dans une deuxième session, García a décrit les préparatifs du prochain Rassemblement de la CMM en juillet 2015. Après la présentation de García, une rencontre impromptue de leaders dont les groupes sont membres de la CMM, a permis de faire un pas important vers la réorganisation du caucus régional d'Amérique latine.

Plusieurs participants ont décrit l'événement comme un moment historique dans l'émergence d'une identité mennonite latino-américaine. César Monténégro, pasteur de Casa Horeb, une église mennonite au Guatemala, a exprimé sa gratitude pour « le simple fait de la rencontre, et que tant de groupes étaient représentés avec un désir de communiquer librement entre eux. »

« Des rassemblements comme ça, » dit Egdy Zambrano, pasteur dans Iglesia Evangélica Menonita Ecuatoriana, « nous rappellent que nous ne sommes pas seuls. »

Edgardo Garcia, professeur baptiste d'histoire de l'Église qui avait assisté à la première consultation en 1986 et s’était depuis affilié aux mennonites du Guatemala, éprouve un sentiment similaire. « Nous ne sommes pas une église parfaite, et nous avons encore tous beaucoup à apprendre, dit-il. Mais le fait que les dirigeants issus de tant de différents contextes peuvent se réunir pour parler de la foi et de la vie, et sont désireux de mettre en pratique ce qu'ils ont appris, est une raison d'espérer. »

La consultation a été parrainée par Mennonite Mission Network, le Comité Central Mennonite, la Conférence Mennonite Mondiale et l'Iglesia Evangélica Menonita du Guatemala, avec les dirigeants de l'organisation principale venant du Seminario Anabautista Latinoamericano (SEMILLA).

Article par John D. Roth, qui enseigne au Collège Goshen dans l'Indiana, dirige l’Institute for the Study of Global Anabaptism et est secrétaire de la Commission Foi et Vie de la Conférence Mennonite Mondiale.

 

Ancrés dans l'espoir, nous tirons les leçons de notre diversité

Nous nous sommes organisés [lors de la consultation], avec l'espoir qui nous fait avancer – l'espoir que nous avons vécu dans nos contextes et l'espoir que nous voulons proclamer en Amérique latine.

Les conférences, les discussions en petits groupes, les sessions, ainsi que des conversations informelles, ont guidé les frères et les sœurs dans des défis de réflexion commune sur la façon de bâtir des communautés de foi engagées dans les différentes réalités que nous vivons sur notre continent.

Nous sommes des communautés de diverses croyances, dans des contextes différents, donc nos préoccupations et nos pratiques pastorales vont du travail en milieu urbain au travail en milieu rural. Certaines sont solidaires de la lutte des peuples autochtones et d'autres de la question des sans-papiers. La violence résultant des gangs de jeunes et des conflits armés est un sujet qui en préoccupe bon nombre. La réponse et l'inclusion des minorités sexuelles et la pleine reconnaissance des femmes et de leurs cadeaux sur un pied d'égalité avec les hommes pastorale ont également été des sujets d'intérêt pour les autres frères et soeurs.

Pourtant, malgré les différentes préoccupations, pratiques et orientations, nous avons pu célébrer et tirer des leçons de cette diversité pendant la semaine de la consultation. Serait-ce qu'avant tous ces problèmes, notre priorité est notre identité en tant qu’église historique de paix?

Réflexion de Luis Ma. Alman Bornes, membre du conseil pastoral de l’église anabaptiste mennonite de Buenos Aires en Argentine. Lui et Daniela Boyajián sont en charge du bulletin d’information AMLAC (Agencia Menonita Latinoamericana de Comunicaciones) en ligne (www.amlac.org.ar). Bornes a indiqué que l'AMLAC partagera le texte intégral des présentations lors de la consultation pour les rendre disponibles « à tous les frères et sœurs à des fins de discernement communautaire. » A l'issue de la consultation, Carlos Martínez de Mexico City, a fait part d’un résumé d'affirmations anabaptistes émergeant du rassemblement (cliquez ici). Les affirmations ont été approuvées par les personnes présentes.

 

Des inquiétudes concernant la situation des migrants aux États-Unis ont été rapportées lors de la consultation puisqu’il y a une importante population latine dans ce pays. Haroldo Nunes qui vient du Brésil mais vit présentement aux États-Unis, nous a guidés dans une prière. Photo de Luis Ma. Alman Bornes.

 

 

 

 

Après chaque présentation, les participants se séparaient en petits groupes afin de parler du sujet présenté et partageaient ensuite ce dont ils avaient parlé en assemblée plénière. Les personnes dans la photo (en partant de la gauche) : Daniel Schipani (avec la main levée ; États-Unis/Argentine), Tomás Orjuela (Colombie), Carlos Moreno (Colombie), Jamie Pitts (États-Unis), Martha Gomez (Colombie) et Karen Flores (Honduras). Photo de Luis Ma. Alman Bornes

 

 

 

Geographic representation: 
Latin America and Caribbean