Nouvelles

Deuxième rencontre du dialogue sur le baptême entre les mennonites, les catholiques et les luthériens

Coprésidents de la commission (à partir de la gauche) : Luis Augusto Castro Quiroga, Friederike Nüssel, Alfred Neufeld. Photo par Eleanor Miller
Date de diffusion : 
Dimanche 9 Mars 2014

Strasbourg, France – « Je demeure encouragé par notre travail mutuel » a commenté John Rempel de Toronto en Ontario, un des participants mennonites de la deuxième rencontre de la commission du dialogue trilatéral sur le baptême entre les mennonites, les catholiques er les luthériens qui a eu lieu du 26 au 31 janvier 2014.

Le thème général du dialogue qui s’étend sur une période de quatre ans est : « Baptême et intégration dans le Corps du Christ, l’Église ».  Le sujet à l’étude cette année était « Le baptême : grâce de Dieu en Christ et péché humain ».

« Chacun a droit à un traitement égal même si nous sommes de loin la plus petite communion, dit Rempel, nous cherchons tous à repenser les questions dans le contexte du 21e siècle, pas seulement du 16e siècle. »

« Je constate, ajoute t-il, que je lutte spécialement avec deux aspects de la rencontre cette année. Je découvre combien les sacrements sont importants pour les luthériens et les catholiques comme des expressions de l’initiative de Dieu : Dieu est mystérieusement à l’œuvre au moyen de la prière et de l’eau, que nous y répondions ou non. Pour ma part, je ne peux pas comprendre l’initiative de Dieu dans le Nouveau Testament sans la réponse humaine à la grâce ».

« D’autre part, nos partenaires redoutent que nous mettions tellement l’accent sur la décision humaine de croire que l’initiative de Dieu soit reléguée au second plan. Les participants sont conscients que seul le travail du Saint-Esprit nous conduira  plus près de la pensée de Christ au cours de ce dialogue. »

Les participants mennonites ayant présenté des textes sur le sujet de cette année sont Alfred Neufeld du Paraguay et Fernando Enns d’Allemagne.  Luis Augusto Castro Quiroga de Colombie et Gregory Fairbanks des États-Unis et du Vatican ont présenté des textes dans une perspective catholique alors que Friederike Nüssel d’Allemagne a présenté un texte dans la perspective luthérienne.

Selon un communiqué de presse conjoint, la commission a aussi poursuivi son étude sur les rites du baptême de chacune des traditions chrétiennes participantes, en accordant cette année une attention particulière à la tradition luthérienne, notamment à la contextualisation des rites du baptême dans la région africaine. La commission débutait ses journées de travail par des prières et des réflexions en commun sur des textes bibliques en lien avec le baptême.

« Ça m’étonne toujours, dit Fernando Enns, de découvrir combien nous apprenons sur nous-mêmes quand nous sommes appelés à expliquer nos convictions théologiques aux autres. Au cours de cette rencontre, le défi consistait à exposer la compréhension mennonite du péché (péché originel, péché commis, libre arbitre) et du salut. Nous nous sommes référés aux Écritures, à des textes anabaptistes, aux confessions de foi mennonites et aux expériences personnelles et communautaires. Faire cet exercice en présence de l’autre nous révèle immédiatement à quel point ces raisonnements ne sont pas évidents pour eux comme ils le sont pour nous. C’est un exercice fantastique pour approfondir la compréhension de notre propre tradition. »

Enns ajoute : « Il semble que cela soit aussi vrai pour les partenaires luthériens et catholiques du dialogue. Leurs points de vue sont aussi variés que nos points de vue mennonites. Nous entendons ici et là des phrases comme "nous ne devrions pas limiter la capacité de Dieu de guérir et de sauver à l’intérieur de nos systèmes sacramentaux". Pour moi, ces paroles reflètent l’approche prudente et humble du travail théologique en commun, de la fraternité œcuménique, pendant nos rencontres de ce dialogue trilatéral.

La Fédération luthérienne mondiale était l’hôte de la rencontre qui s’est tenue au Centre d’Études Œcuméniques à Strasbourg. Le Centre a également organisé une réception au cours de laquelle les membres de la commission ont rencontré des représentants locaux des communautés catholiques, luthériennes et mennonites de Strasbourg.

En plus des personnes mentionnées ci-dessus, la représentation mennonite comprenait Rebecca Osiro du Kenya et Larry Miller de France. La représentation catholique  comprenait William Henn des États-Unis et d’Italie, Luis Melo du Canada et Marie-Hélène Robert de France. La représentation luthérienne comprenait Theodor Dieter d’Allemagne, Peter Li de Hong Kong, Kaisamari Hintikka de Finlande et de Suisse, et Sarah Hinlicky-Wilson des États-Unis et de France. Kenneth Mtata du Zimbabwe et de Suisse a assisté à temps partiel à la rencontre à titre de mandataire pour Musa Biyela de l’Afrique du Sud.

La troisième rencontre de la commission trilatérale aura lieu en février 2015 aux Pays-Bas. La Conférence Mennonite Mondiale en sera l’hôte et le thème à l’étude sera « Baptême : Communiquer la Grâce la Foi ». Une quatrième rencontre est prévue en 2016, suite à laquelle la commission devrait soumettre un rapport final à la Fédération luthérienne mondiale, à la Conférence Mennonite Mondiale et au Conseil Pontifical pour La Promotion de l’Unité des Chrétiens.

Communiqué de presse de la CMM

Cosecrétaires de la commission (à partir de la gauche) : Gregory Fairbanks, Kaisamari Hintikka, Larry Miller. Photo par Eleanor Miller

Ajouter un commentaire