Nouvelles

La CMM accompagne la famille dans les moments difficiles

Les membres de l’église prient lors de l’inauguration du nouveau bâtiment en béton. Avec l’aide du Fonds de Partage de l’Église Mondiale, l’église BIC du Népal a construit un bâtiment d’église en béton résistant aux inondations. Photo : Henk Stenvers.
Date de diffusion : 
Lundi 28 Octobre 2019

Tremblements de terre. Famine. Inondations. Les gros titres des journaux captent notre attention, et nous réagissons aux appels à l’aide en priant et en faisant des dons.

Mais après quelques jours, les médias ne relaient plus l’information et on arrête d’y penser. Alors que pour ceux qui ont été touchés, ce n’est que le début. La Conférence Mennonite Mondiale (CMM) a travaillé en partenariat avec des organisations anabaptistes pour apporter de l’aide dans le cas de catastrophes naturelles récentes qui ont touché des églises membres. Le travail de reconstruction peu médiatisé dure longtemps après que l’argent des dons ait été dépensée. Les églises continuent de travailler à la reconstruction des sites, à la récupération de sources de revenu et à la guérison des traumatismes.

La CMM a lancé un appel aux prières et au soutient après le tremblement de terre de 7,8 sur l’échelle de Richter qui a secoué le Népal en 2015. Les églises Frères en Christ membres de la CMM au Népal n’ont pas été gravement touchées mais elles ont pu apporter de l’aide.

Depuis, le Népal a été touché par des inondations dévastatrices. Presque 75 pour cent du territoire népalais est montagneux. Alors que plus de 50 pour cent de la population, dont la plupart des membres des églises Frères en Christ, vit dans les plaines, fertiles mais inondables.

« Presque tous les ans, [nos églises membres] sont touchées soit par les inondations, les tempêtes, la foudre, l’érosion des sols ou la sécheresse » raconte Hanna Soren de l’église des Frères en Christ du Népal et de la Brethren in Community Welfare Society.

Hanna Soren de l’église des Frères en Christ du Népal et de la Brethren in Community Welfare Society avec son mari Shemlal Hembrom. Photo : Henk Stenvers.

Les bâtiments en terre, avec des toits de chaume, sont détruits lors des inondations. Sans maison ni églises, les gens n'ont pas de lieu de rassemblement pour célébrer le culte et pour se soutenir.

« Nous sommes reconnaissants à Dieu pour la CMM, pour les autres unions d’églises BIC et d’autres partenaires qui ont participé à l’aide humanitaire au fil des années », a déclaré Hanna Soren. Les visites de la Commission Diacres de la CMM aident « les membres de notre église à incarner l’amour et la protection de Dieu dans son peuple mondial ».

La Commission Diacres administre également le Fonds de Partage de l’Église Mondiale. L’église BIC du Népal leur a demandé un financement pour la reconstruction d’églises plus résistantes.

« Les croyants de l’église BIC Surunga sont très reconnaissants envers Dieu et la CMM. Leur [nouveau] bâtiment en béton n’a pas essuyé de dégâts, même lors des inondations de 2018 et 2019. »

« Le royaume de Dieu s’étend même dans les situations difficiles. Lorsque les membres de nos églises font face à ces catastrophes naturelles presque tous les ans, leur foi en Christ est affermie car ils peuvent voir que l’amour et la grâce de Dieu leur suffit, » a déclaré Hanna Soren.

En 2017, un partenariat entre le MCC, International Community of Mennonite Brethren (ICOMB), MB Mission (rennomé Multiply) et la CMM a financé le travail de Antony Sanchez qui, pendant six mois a évalué les besoins, coordonné l’aide et la formation des églises locales pour qu’elles puissent venir en aide aux villages affectés par de grave inondations au Pérou.

Pour Antony Sanchez, « Nous sommes membres d’une famille mondiale ». Il accompagnait les victimes de la catastrophe et il se rappelle : « Nous sommes dans les mains de Dieu, et en même temps, nous sommes les mains de Dieu pour transmettre sa présence et sa bénédiction aux autres. »

 

Cliquez ici pour continuer la lecture : 

 

Prions

Prions pour les Népalais qui ont perdu leur bétail et leurs cultures lors des récentes inondations. Après la baisse du niveau de l’eau, l'eau potable est rare et les épidémies menacent. Prions pour que la BIC Népal trouve des moyens de surmonter les obstacles administratifs pour envoyer du matériel d'aide et reconstruire les églises. Alors que les membres de l'église sont vus d’un mauvais œil par les groupes fondamentalistes hindoues du pays, que l'Esprit du Christ leur permette de répondre pacifiquement.

—Communiqué de la Conférence Mennonite Mondiale

Ajouter un commentaire