Nouvelles

Célébrer le Dimanche de la Paix : un appel aux personnes qui sèment la paix dans la paix

Photo : Caisse de secours (http://caissedesecours.menno.fr/)
Date de diffusion : 
Lundi 26 Octobre 2015

Pietermaritzburg, Afrique du Sud – La Journée internationale de la paix est observée le 21 septembre partout dans le monde dans l’espoir que les citoyens du monde renouvellent leur désir de travailler pour la paix. La Conférence Mennonite Mondiale et ses églises membres ont participé à cette journée internationale d’engagement pour la paix en célébrant le Dimanche de la Paix le 21 septembre 2015.

Au moment où nous tournions nos regards vers la paix, nous n’étions pas tout à fait détachés des images choquantes qui nous ont convaincus que le monde a toujours et désespérément besoin du shalom.

Plus tôt en septembre, les photos du corps sans vie d’Aylan Kurdi (3) rejeté sur une plage de la Turquie ont frappé le monde. Nous avons été confronté aux ramifications de plusieurs années de guerre civile en Syrie et aux bombardements incessants des puissances étrangères.   

Nous avons vu le prix que l’humanité a payé pour la perpétuation de la guerre et de la violence.

Bien que le flot de personnes quittant la Syrie et d'autres pays, comme l'Afghanistan et l'Irak, ait été décrit comme une crise de réfugiés, nous savons qu'il est un symptôme d'un problème beaucoup plus vaste. L'Europe a été le point de mire pour la façon dont les pays ont réagi (ou non) à l'afflux des réfugiés et des demandeurs d'asile qui traversent leurs frontières.

Mais il ne s’agit pas d’un problème régional. Depuis des décennies, la Colombie et la République démocratique du Congo ont également vu un grand nombre de personnes fuir ou être déplacées à cause des conflits.

C’est un problème humain avec des causes profondes.

Dans le livre de Jacques, on lit que « le fruit de la justice est semé dans la paix par les artisans de paix » (Jacques 3/18 NBS). L’auteur nous rappelle que la manière que nous semons a de l’importance. Nos gouvernements continuent de prétendre que l’on peut parvenir à la paix et à la justice par le moyen de la violence. Il n’est pas étonnant que la poursuite de la paix par les armes et les bombes reste inatteignable.

Et la spirale de la violence coûte des vies humaines.

En tant que personnes qui recherchent la paix dans la paix, nous aimerions vous raconter des histoires sur la (les) façon(s) que nos églises répondent à la crise des réfugiés en Europe et au Moyen-Orient ou au climat de violence qui sévit dans nos propres collectivités et régions.

Églises membres en Europe, comment répondez-vous au flux de réfugiés qui arrivent dans l’UE? Comment les églises dans le monde peuvent-elles soutenir vos efforts?

Églises membres d’ailleurs dans le monde, comment répondez-vous à la crise en Europe et au Moyen-Orient? Comment travaillez-vous comme artisans de paix au milieu de la violence et de l’injustice dans votre collectivité et votre région?

Cliquez ici pour raconter la réponse de votre église.  

Cliquez ci-dessous pour soutenir les agences membres du Réseau Anabaptiste Mondiale d’Entraide qui travaillent auprès des réfugiés et à la poursuite de la paix :  

—Andrew Suderman, secrétaire de la Commission Paix de la CMM

Photo: Caisse de secours (http://caissedesecours.menno.fr/)

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo : Caisse de secours (http://caissedesecours.menno.fr/)

 

Geographic representation: 
Europe

Ajouter un commentaire