Témoignages

Une plume puissante

L’enseignante retraitée Dona Maria Martins (à droite) et le pasteur Fridbert August de l’Igreja Evangélica Menonita Água Verde (Église mennonite L’Eau Verte) au Brésil montrent des exemples des milliers de lettres qu’elle a écrites aux détenus ces dernières années.  

Correspondants invraisemblables, une enseignante à la retraite et des détenus ont échangé des milliers de lettres à Curitiba au cours des dix dernières années.

Tout a commencé quand un détenu a réagi à un court texte de Dona Maria Martins, 76 ans, paru dans un magazine de dévotion en 2006. Elle a répondu à la lettre envoyée à l’adresse de son église, et s’est vite retrouvée à répondre chaque semaine à des douzaines de lettres en provenance de détenus qui recherchaient des soins pastoraux.

« Souvent ces hommes sont abandonnés par leur famille », dit Dona Maria. « Je suis devenue un mère spirituelle pour eux. » Ses lettres parlent de Jésus et contiennent habituellement des illustrations découpées dans des magazines.

Aujourd’hui, un petit cercle de femmes d’Igreja Evangélica Menonita Água Verde (Église mennonite L’Eau Verte) se joignent à Dona Maria plusieurs fois par semaine pour lire les lettres et y répondre. Les détenus demandent souvent des bibles, de sorte que les mennonites de Curitiba ont conçu un cours biblique par correspondance. Des centaines de détenus l’ont suivi.

« Dieu est amour, déclare Dona Maria, et les lettres sont ma façon d’annoncer cette bonne nouvelle. »

—J. Nelson Kraybill, président de la CMM

 

 

Date/Fecha: 
9 nov 2015 - 2:21pm