Témoignages

Mise à jour du ministère partenaire : ICOMB – Mai 2019

Pasteur Carlos avec les jeunes du Centre de détention juvénile de Colima, Mexique. Photo : ICOMB

La International Community of Mennonite Brethren (ICOMB, ou Communauté internationale des Frères Mennonites) est formée de 21 communautés d’églises dans 19 pays, avec approximativement 450 000 membres. ICOMB veut faciliter les relations entre les différents ministères, et améliorer le témoignage et le discipulat de ses communautés d’églises membres : connecter, renforcer, répandre.


L’Église au Mexique

La Conférence des Frères Mennonites du Mexique est connue sous le nom d’ICPM (Iglesia Cristiana de Paz en México), qui est un acronyme signifiant Église chrétienne de Paix du Mexique. En 2018, la CIMP comptait une famille de 346 membres répartis dans 7 congrégations locales, situées dans 3 villes de la République mexicaine, 5 dans la zone métropolitaine de Guadalajara, Jalisco, 1 à Villa de Álvarez, Colima, et 1 à Ecatepec, État du Mexique. L’an dernier, le Seigneur nous a permis d’effectuer un total de 31 baptêmes dans 2 des églises locales.

L’Église de Villa de Álvarez, Colim

Photo : ICOMB

Colima est située dans la région occidentale du pays, très proche de la ville de Guadalajara et de l’océan Pacifique. C’est le quatrième plus petit État du Mexique. L’église est située dans la commune de Villa de Alvarez. C’est une petite église qui existe depuis de 8 ans  seulement, entourée d’une société majoritairement catholique.

Mot du pasteur Carlos Ortega : « Un des ministères qui a eu le plus d’impact sur ma vie est celui de la prison pour mineurs délinquants, où j’ai appris sur la vie de nombreux jeunes qui travaillaient dans le trafic de drogue comme tueurs à gages. La plupart sont des orphelins recrutés par les cartels à un âge précoce (12 ans et plus) pour combler leur vide d’être orphelins. »

Le ministère se fait par le sport (soccer et football) et la formation de disciples personnelle ou en groupes. Actuellement, trois jeunes sont en train d’être formés comme disciples.

« Chacun d’eux a des antécédents très difficiles, et le travail avec eux est parfois dur et pénible, car on ne voit pas beaucoup de résultats apparents. Nous connaissons plusieurs détenus qui sont partis après avoir purgé leur peine et qui ont été tués, alors notre espoir est de semer la parole de Dieu au cas où, à leur sortie de prison, ils se trouveraient face à une situation fatale. »

Auteur: 
Date/Fecha: 
16 mai 2019 - 12:12pm