Témoignages

Le mentorat c’est s’ouvrir et partager ce que l’on a

Photo par Rev Albert Ndlovu

Le mentorat est la stratégie de base du pasteur révérend Albert Ndlovu de l’église Frères en Christ Lobengula du Zimbabwe. Les responsables qui sont à présent en mission au Royaume Uni et en Afrique du Sud ont été élevé dans l’église et reste en lien avec leurs mentors chez eux, au Zimbabwe. Le révérend Albert Ndlovu nous parle du rôle du mentorat dans le discipulat.

Comment concevez-vous le mentorat ?

Albert Ndlovu : Le style de vie de tous les croyants devrait s’inspirer de l’exemple de Jésus qui avait 12 disciples très proches. Il avait en réalité encore plus de disciples (70).

« Suivez donc mon exemple, comme moi, de mon côté, je suis celui de Christ » (1 Corinthiens 11/1). C’est cela ma conception du discipulat.  

Un croyant devrait mener une vie qui donne envie à ceux qui l’observe de l’imiter. Ce n’est pas seulement réservé aux pasteurs.

Comment trouver un mentor ?

Albert Ndlovu : Lorsque je trouve une personne disponible qui montre de l’intérêt, je commence à développer ce potentiel. Je me rapproche d’eux et je leur donner des choses à faire. Je leurs propose de m’accompagner dans mon ministère.  

Entant que mentor, il faut savoir accepter que votre disciple soit différent de vous-même. Le mentor doit être capable d’alimenter le potentiel de différentes approches.

Nous ne devons pas avoir peur que les personnes que nous accompagnons ne soient pas à la hauteur de nos attentes. Nous-même, en tant que mentors, ne devons pas avoir peur de commettre des erreurs. Après tout, nous avons tous beaucoup à apprendre et nous évoluons plus chaque jour.

Quelles méthodes utilisez-vous pour le mentorat ?

Albert Ndlovu : Beaucoup d’accompagnement de groupe. Nous organisons des conférences de formation de responsables qui ont contribué à la formation de responsables qui servent aujourd’hui avec nous.

Parfois vous pouvez être le mentor indirect de quelqu’un. Notre évêque actuel a raconté qu’à plusieurs reprises sa vie avait été spirituellement impactée par ce que j’avais dit.  

Lorsque vous étiez plus jeune, qui a été un mentor pour vous ?

Albert Ndlovu : Le Dr. Nicholas Benson Mnkandla, pasteur de la BICC Mpopoma, a joué un rôle important dans ma croissance spirituelle avant qu’il ne parte étudier la théologie aux USA.

Je l’accompagnais là où il prêchait à des personnes de différentes dénominations. Parfois, Je donnais mon témoignage. Il m’emmenait sur la montagne pour prier à l’aube. Parfois, il nous emmenait dans des bars pour prêcher. Cependant, certaines fois, il refusait que je l’accompagne même si j’en avait vraiment envie.

Tous cela faisait partie du processus de formation au leadership et au ministère.

Depuis les États-Unis, mon mentor demanda à l’évêque Khumalo qui y terminait ses études, de continuer mon mentorat. De retour au Zimbabwe, l’évêque Khumalo m’a encouragé et convaincu de suivre une formation officielle. Je dois dire qu’il m’a vraiment gâté, il m’a appris énormément, m’a motivé afin que je gagne confiance en moi dans l’exercice de mon ministère et il a ancré en moi des principes fondamentaux.

Quels bénéfices du mentorat avez-vous pu observer ?

Albert Ndlovu : C’est incroyablement gratifiant de voir quelqu’un dont vous avez perçu la passion, croitre et se transformer en la personne que vous aviez reconnue en elle. 

Quelles paroles d’encouragement donneriez-vous aux responsables ?

Albert Ndlovu : Nous devons comprendre que nous ne pouvons pas faire ce travail seuls. Nous devons nous ouvrir, partager ce que nous savons avec ceux qui viennent après nous.

L’Église n’appartient pas au pasteur mais elle appartient à tous : aplanissons le terrain. 

—Maqhawenkosi Mhlanga est membre de l’Église Frères en Christ Lobengula. Il a interviewé le Reverend Albert Ndlovu pour un devoir dans le cadre de ses études universitaires de théologie au Zimbabwe. 

Date/Fecha: 
5 mar 2019 - 3:28pm