Témoignages

Accueillir mon ennemi

Célébration du Dimanche de la Fraternité Mondiale 2018 à l’Église des Frères mennonites du Malawi. Photo : Mennonite Brethren Church of Malawi.

Je descends d’un peuple qu’on appelle les Banyamulenges. Nous sommes des éleveurs de bovins et nous vivons dans les hautes montagnes qui surplombent le lac Tanganyika dans l’est du Congo.

Au fil des ans, mon peuple a été forcé d’aller d’un endroit à l’autre à la recherche de pâturages verts pour notre bétail. Quand les Belges gouvernaient cette partie de l’Afrique, nous vivions dans ce qu’on appelle maintenant le Rwanda. Une terrible famine nous a toutefois forcés à quitter notre terre et nous nous sommes finalement installés sur les pentes de Mulenge en République démocratique du Congo (RDC).

Après des années de paix, mon peuple a commencé à subir les contrecoups des conflits ethniques et politiques dans la région et nous avons été maltraités en raison de notre origine ethnique. Au cours des 20 dernières années, plusieurs Banyamulenges ont été pris pour cibles et tués. Mon peuple n’est pas aimé ni désiré.

Dans ma propre maison, mon père était pasteur et je dirigeais la chorale de l’église. J’adorais apprendre aux jeunes à chanter, mais un jour j’ai fait un rêve dans lequel Dieu m’a parlé : « Ton temps dans cette église est terminé. »

J’ai raconté mon rêve à mon père et il m’a donné l’autorisation de partir. J’ai donc marché jusqu’à la ville la plus proche où j’ai été conduit vers une église mennonite. J’ai immédiatement su que c’était ma nouvelle maison.

Finalement, j’ai commencé à diriger une chorale et à former des jeunes. C’est parmi ces mennonites que j’ai également appris l’importance du pardon et du travail de paix et de réconciliation.

Je savais que cela ferait partie de mon futur ministère.

Pendant ce temps, ce n’était pas facile d’être un Banyamulenge. Ma communauté était maltraitée. Ma propre vie a été menacée très souvent.

Puis, en 2003, mes parents ont été assassinés alors qu’ils fuyaient leur maison. J’ai décidé qu’il était temps pour moi aussi de partir. J’ai fui au Burundi où j’ai vécu trois ans dans un camp de réfugiés.

Après cela, je suis retourné au Congo pendant six mois pour voir si l’état d’esprit avait changé à l’égard de ma communauté. C’était encore trop difficile. Cette fois-ci, j’ai fui au Malawi où j’ai de nouveau séjourné dans un camp de réfugiés.

Au Malawi, le camp de réfugiés était envahi par les conflits et le désespoir. Il y avait beaucoup de divisions et de conflits, même parmi les chrétiens. Les gens de différents groupes ethniques vivaient repliés sur eux-mêmes. La sorcellerie était très répandue.

J’ai commencé à exercer mon don d’évangéliste parmi ces réfugiés, et les gens ont commencé à répondre.

Dès ma première année au camp, j’ai démarré une église. Moi et un petit groupe de disciples, nous allions de porte en porte dans le camp, invitant les gens à suivre Jésus.

Je citais souvent le livre d’Ézéchiel, dans lequel le prophète raconte comment Dieu a chassé son peuple de son pays, l’a dispersé parmi les nations parce qu’il l’avait abandonné, et qu’il lui offrirait aussi le pardon : « Je vous donnerai un cœur nouveau, et je mettrai en vous un esprit nouveau ; j’ôterai de votre corps le cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair » (36/26).

C’est ainsi que la nouvelle église a été un rassemblement de cœurs doux. Nous avons mis l’accent sur l’enseignement du pardon de Jésus et de l’amour de nos ennemis. Notre message était simple : parce que Dieu nous aime, nous devons nous aimer les uns les autres.

Pendant ce temps, un homme s’est joint à notre église. Il était également un réfugié du Congo. J’ai reçu cet homme chez moi quand il est arrivé dans notre camp. J’ai appris, après un certain temps, qu’il était celui qui avait assassiné mes parents au Congo.

Je savais que mon propre enseignement, l’enseignement de Jésus, était mis à l’épreuve. C’était mon désir de faire partie d’une église qui prenait les Écritures au sérieux et qui avait pour fondement la paix et la réconciliation. Si Dieu m’avait pardonné, je devais pardonner aux autres.

J’ai donc pardonné à cet homme ce qu’il avait fait à ma famille.

Aujourd’hui, notre église est érigée sur ce fondement de la paix et du pardon du Christ.

Nous prêchons cet évangile et Dieu nous bénit. Il y a maintenant 11 autres églises dans la région. J’aime ce que Dieu accomplit ici. Mon cœur est dans la joie quand je vois ces églises grandir.

À Dieu soit la gloire !

—Publié à l’origine par MB Mission dans Witness (Hiver 2017). Utilisé avec permission.

Ce témoignage fait parti du materiel pour le culte du Dimanche de la Paix de 2018. Pour en savoir plus, cliquez ici : www.mwc-cmm.org/dimanchedelapaix

Emplacements: 
Date/Fecha: 
19 jui 2018 - 4:05pm